La troisième exposition Watch Art Patek Philippe Grand Exhibition a pris ses quartiers à la Saatchi Gallery de Londres -  là même où se tient chaque année le Salon QP – et a accueilli précisément 42,460 visiteurs, du 27 mai au 7 juin dernier. Comme les deux expositions précédentes, elle visait à donner une vision globale de la marque - ses origines, son patrimoine et son savoir-faire. C’était aussi pour le visiteur l’occasion, rare, d’admirer la collection Patek Philippe actuelle dans son entier.

© Patek Philippe

Mais chacune des Grand Exhibitions présentait également quelques pièces en rapport direct avec les villes hôtes. Ainsi, à Londres, on a pu voir deux montres de poche anciennes achetées par la reine Victoria à l’Exposition Universelle de Londres de 1851. Toutes les pièces ayant appartenu à des familles royales à travers le monde (y compris une Patek Philippe prêtée par la reine Elizabeth II pour l’exposition) avaient été réunies dans une salle spécialement décorée pour ressembler au Crystal Palace, où Patek Philippe dévoila son système de remontage sans clé lors de l’Exposition Universelle.

© Patek Philippe

Pour la plus grande joie des amoureux de Patek Philippe, la manufacture genevoise avait aussi sorti tout spécialement pour cette exposition londonienne plusieurs modèles en édition limitée, qui seront mis en vente au Salon Patek Philippe, 16 New Bond Street. Trois de ces pièces présentent un design discret avec chiffres arabes et des tailles de 34,6 et 38 mm. Elles vont du plus simple – la Réf. 7200 à deux aiguilles et la Réf. 5153 à trois aiguilles et date – à la plus compliquée, la Réf. 5159, un quantième perpétuel offrant une date rétrograde par aiguille, un affichage sautant du jour, du mois et de l’année dans des guichets, ainsi qu’une phase de lune. Strictement limité à 80 exemplaires, chacun de ces modèles porte l’inscription « PATEK PHILIPPE LONDON 2015 ».

© Patek Philippe

Cette même inscription se retrouve sur deux répétitions-minutes :  une Réf. 5213, en or blanc, offrant quantième perpétuel et date rétrograde, petite seconde et phases de lune, et fabriquée à 10 exemplaires seulement, et une Réf. 7000, avec petite seconde, présentée dans la taille universelle de 33,7 mm, et dont seules trois pièces seront disponibles.

© Patek Philippe

Dans la lignée des artisanats d’art employés par Patek Philippe, un modèle encore plus rare de Calatrava met en lumière la technique d’émail grisaille, consistant en plusieurs couches d’émail blanc de Limoges appliquées sur un fond d’émail noire. Le rendu est un paysage en dégradés de gris représentant les monuments célèbres de Londres.

© Patek Philippe

Enfin, dans la série des montres d’appartenance royale, Patek Philippe a également donné à voir une somptueuse montre de poche décorée d’une peinture émail de la rose des Tudor.

© Patek Philippe

Cliquez sur la grande image tout en haut de la page pour voir d'autres photos de l'exposition.