Vaste steppe au nord de Sao Paolo, le Cerrado participe largement au développement économique du Brésil : élevage, mines et eucalyptus pour la cellulose, et charbon de bois des aciéries. Revers de la médaille: les les petits paysans sont sacrifiés au profit de l’économie d’exportation.

Dans la région de Montes Claros, des familles ont créé le Centre d’agriculture alternative (CAA) qui tente de redonner une vie digne à ces paysans du Cerrado et un avenir à leurs enfants.

La Fondation Audemars Piguet finance trois volets du programme à long terme de l’Entraide Protestante Suisse (EPER): la formation des jeunes paysans, la restauration de la biodiversité et la reforestation des terres.

Seule l’agriculture biologique offre un avenir aux petits paysans, c’est la conviction du CAA. Pour ce faire, les jeunes doivent réapprendre les techniques d’agriculture respectueuses de l’environnement. La première étape du projet de formation financé par la Fondation vient de s’achever, mêlant enseignement théorique et stages pratiques.

Mais les terres ravagées doivent être réhabilitées pour devenir rentables. Les familles partenaires du projet ont reçu les semences et la formation nécessaire à la création de pépinières d’arbres, de légumes et de céréales adaptés à ces sols dégradés et aux changements climatiques.