Il y a chez Baume & Mercier cette nécessité de passer du temps sur la marque. De détailler le produit. Si possible, d’en discuter avec Alain Zimmermann, CEO de la marque. De rencontrer ses équipes et ses partenaires.
En ce 12 mai, la marque avait réuni tous ces ingrédients. Pas n’importe où, ni avec n’importe qui : sur l’anneau de vitesse de Montlhéry, l’un des deux seuls en Europe, construit en 1924. Et avec le mythique préparateur Shelby Cobra.

Inattendu mariage
L’annonce de ce partenariat entre les deux enseignes fut faite mi-mars. En plein Baselworld, elle passa presque inaperçue. Elle est pourtant de taille : Baume & Mercier peut désormais apposer « Shelby Cobra » sur certains de ses modèles.
Alain Zimmermann évite soigneusement le mot de la traditionnelle « licence » : « Et pour cause, ce n’en est pas une », précise le CEO. « C’est le modèle qui nous avait été proposé, mais je pensais vraiment que nous pourrions faire mieux. C’est pourquoi, en contrepartie de l’usage de ce nom, nous soutenons la fondation Carroll Shelby, dont la vocation principale est d’aider les enfants atteints de troubles cardiaques graves ».
Rares sont ceux qui auraient misé sur l’entrée de Baume & Mercier dans l’univers automobile. « C’est effectivement un sujet un peu différent de ceux que nous avons l’habitude de traiter », sourit Alain Zimmermann. L’homme, sans surprise, mise sur la passion, les inévitables « valeurs » des marques, le souci de l’excellence.

Baume-&-Merci-AC-Cobra-Shelby-montre.jpg

La Capeland Chrono, limitée à 1965 exemplaires. © David Carteron / Delos Communications

Concilier l’inconciliable
Pourtant, force est de constater la singularité de l’univers Shelby. La véritable « AC Cobra » n’a été produite qu’à 1000 unités environ, dont seulement 75 exemplaires pour la première version de 1962. Ces supercars super rares dépassent allègrement le million de dollars de nos jours.
Les mauvaises langues buteront donc sur le mariage du mass market et de l’ultra-confidentialité, du volume et de la valeur. Il n’empêche : Shelby Cobra apporte à Baume & Mercier un indéniable coup de frais, inattendu. La marque va là où on ne l’attendait pas. On se souvient par analogie du tourbillon Baume & Mercier (SIHH 2014), qui en avait là aussi déconcerté plus d’un.

Aujourd’hui, les mêmes commentateurs fustigeront une initiative qui n’a, encore une fois, aucun lien avec l’univers Baume & Mercier. Mais doit-on inlassablement attendre d’une marque qu’elle réitère sans fin ce qu’elle a toujours fait ?

Baume-&-Merci-AC-Cobra-Shelby-bord.jpg

Dédicace personnelle de Carroll Shelby. Décédé en 2012 à 89 ans, l’homme est encore présent dans le cœur de tous les amateurs de belle mécanique de course. © David Carteron / Delos Communications

Du venin dans les Capeland
Alain Zimmermann répond, une fois de plus, par la négative. Audacieux, il dirige Baume & Mercier loin de sa zone de confort. L’homme n’a pas caché ses doutes. « Est-ce bien une association naturelle ? Je me le suis demandé », confie le CEO. Alexandre Peraldi, Directeur du design de la maison, avoue avoir eu la même crainte : « Lorsqu’Alain est venu me demander de plancher sur une pièce Shelby Cobra, j’ai poussé un grand soupir. Que faire de plus ? Ce n’est pas notre univers. Et tout a déjà été fait ».

Baume-&-Merci-AC-Cobra-Shelby-Peraldi.jpg

Alexandre Peraldi, Directeur du design Baume & Mercier. © David Carteron / Delos Communications

Pourtant, dans un second temps, le défi a gagné les équipes. « Nous avons planché 18 mois sur le projet », poursuit le designer, ex-Cartier. « Lorsque nous avons fait le rapprochement avec une Capeland, l’évidence s’est imposée. Mêmes courbes, mêmes proportions, d’innombrables possibilités se sont ouvertes. Il a même fallu nous freiner. Le nombre de détails Shelby Cobra que l’on pouvait injecter dans la Capeland était si grand que l’on risquait de tomber dans la montre de pub. Il fallait au contraire préserver élégance et discrétion ».

Au final, deux premiers modèles ont vu le jour, limités à 1965 et 98 exemplaires. Sobres mais bien pensés, ils sont respectueux de l’essence de chaque maison. Le modèle bleu / or se détache par sa puissance et sa vitalité. Une pièce unique sera proposée dans les prochains mois, vendue aux enchères pour, à nouveau, alimenter la fondation Carroll Shelby. Alain Zimmermann annonce également l’entrée des modèles en collections courantes pour 2016. Et risque, une nouvelle fois, de gagner son pari : singulariser Baume & Mercier et mener la course en tête. Avec parfois plus 700 chevaux sous le cadran, la pole position est à portée de main.

Baume-&-Merci-AC-Cobra-Shelby-course.jpg

Baume & Mercier a organisé le roulage d’une douzaine d’AC Cobra sur le mythique anneau de vitesse de Montlhéry. Sensations garanties ! © David Carteron / Delos Communications