Deux des trois nouveaux modèles présentés par De Bethune en ce début d'année font partie de la collection DB28 avec ses berceaux mobiles caractéristiques, brevetés par De Bethune. Le DB28 Maxichrono, avec son boîtier en titane poli, s’appuie sur le succès de ce modèle chronographe à un seul axe (dont la version tourbillon a reçu le prix du chronographe au Grand Prix d’Horlogerie de Genève l’an dernier).

« L’invention qui se trouve au cœur de ce mécanisme de chronographe breveté remonte au modèle expérimental DB21 présenté pour la première fois en 2006 », explique Denis Flageollet, co-fondateur de De Bethune. « Seuls deux exemplaires avaient été produits et ils n’ont jamais été vendus. Le mouvement utilisé pour cette pièce disposait d’un embrayage vertical excentré, tandis que le DB28 Maxichrono abrite notre embrayage absolu breveté. »

Ce système utilise trois embrayages différents pour actionner les compteurs des heures, des minutes et des secondes du chronographe, tirant profit des avantages des embrayages horizontaux et verticaux tout en éliminant leurs défauts. Le principal bénéfice est la nette réduction des frottements : dans le cas du pignon oscillant du compteur des minutes, le volume de frottement est « divisé par 60 comparé à un mouvement de chronographe standard comme le Valjoux 7750 », explique Denis Flageollet.

 

DeBethune_DB28_MaxichronoTitanium

DB28 Maxichrono Titane © De Bethune

Bien qu’il ne s’agisse pas en soi d’une édition limitée, un maximum de 20 nouveaux modèles DB 28 Maxichrono en titane seront produits cette année.

Le modèle DB28 GS a l’allure sportive estampillée De Bethune. Le boîtier léger, les berceaux mobiles brevetés et la discrète couronne à midi assurent le confort au poignet tandis que la glace plus épaisse et la couronne vissée améliorent l’étanchéité jusqu’à 10 bars. Le fini brossé donne quant à lui un look plus décontracté au boîtier. Sans oublier qu’il s’agit de la première montre De Bethune à arborer un bracelet en caoutchouc.

« On nous a souvent demandé un bracelet en caoutchouc pour la DB28, explique Denis Flageollet, mais plutôt que de simplement développer un nouveau bracelet, nous avons décidé de fabriquer une nouvelle montre qui irait avec, spécialement pour nos clients qui vivent dans des pays connaissant des températures et des taux d’humidité élevés. »

 

De_Bethune_DB28_GS

DB28 GS. © De Bethune

Ce modèle abrite le calibre DB2115 à remontage manuel qui offre six jours de réserve de marche, bénéficie des mécanismes caractéristiques brevetés par De Bethune (double barillet autorégulateur, balancier en silicium-or blanc, système d’absorption des chocs triple pare-chute et roue d’échappement en silicium) et représente plus de 13 ans de recherche et de développement de la Manufacture. Mais c’est le bracelet en caoutchouc, avec son fini ultraléger qui a constitué le principal défi dans la production de ce nouveau modèle. Denis Flageollet admet que De Bethune « n’a pas encore vraiment abouti » à la version finale. « Nous en sommes déjà à notre cinquième batterie de tests, dit-il, et les moules à eux seuls coûtent une fortune. »

La DB25T Zodiac est probablement la star de ces trois nouveaux modèles et c’est un parfait exemple de ce que Denis Flageollet appelle « avoir à son poignet le magnifique art horloger séculaire. » D’où l’utilisation des signes du zodiaque comme index sur le cadran, une tradition qui remonte aux Lumières, lorsque les horloges de tour étaient richement décorées et que les gens fortunés voulaient pour leurs maisons des objets similaires.

C’est aussi pour cette raison que ce modèle limité à 20 pièces dispose d’une seconde morte au centre, rappelant le tic-tac des pendules anciennes. Par contre, ce qui est invisible côté cadran c’est le tourbillon en silicium-titane à rotation toutes les 30 secondes qui anime cette fonction et que l’on ne peut voir qu’à travers le fond transparent.

 

DeBethune_DB25T_zodiac

DB25T Zodiac. © De Bethune