Vous êtes chez Chanel depuis 13 ans, comment les collections horlogères ont-elles évolué pendant ce laps de temps ?
La J12 est encore une pionnière dans sa catégorie. Elle a été lancée en 2000 à une époque où la créativité dans l’industrie était en berne. L’acier était devenu un métal précieux au milieu des années 1990 grâce aux marques horlogères les plus prestigieuses.
Puis nous avons commencé à voir une multitude de nouveaux matériaux comme le titane ou le magnésium. La céramique était aussi utilisée, mais la J12 a contribué à prouver que ces nouveaux matériaux pouvaient être finis au même niveau que d’autres métaux précieux. Résultat, elle est aujourd’hui aussi bien considérée que les autres métaux. Cela offre aussi des avantages à la fois pour la qualité et pour l’esthétique, et cela a ouvert la porte à une nouvelle créativité dans l’horlogerie avec l’arrivée de nouveaux matériaux comme le carbone. Cela a également permis aux designers de considérer l’horlogerie sous un nouveau jour...presque jusqu’à l’excès, car nous voyons maintenant des matériaux utilisés juste pour le plaisir sans qu’ils n’ajoutent forcément quoi que ce soit à la montre.

Chanel J12 Tourbillon Volant Diamants

J12 Tourbillon Volant Diamants. © Chanel

Est-ce que les codes de conception de Chanel vous empêchent d’essayer de nouveaux matériaux ?
Pas nécessairement. Le plus important est que la montre soit belle. Il y a bien sûr quelques codes de conception à respecter. Mais je pourrais aussi dire que certains codes sont là pour être brisés et que de nouveaux doivent être créés. Si une marque de luxe essaie de coller de façon rigide aux mêmes codes, elle finit par mourir.

“Si c'est beau, cela mérite d'exister”

Devez-vous parfois faire des concessions à la technologie pour vos complications haut de gamme ?
Si quelqu’un parle de concessions, nos designers lui montreront poliment la porte (rires). Giulio Papi a parfois émis des doutes à propos de nos idées. Lorsque nous l’avons approché avec le projet de la J12 Rétrograde Mystérieuse, par exemple, il a pensé que nous étions un peu fous et nous a dit que ce n’était pas de l’horlogerie traditionnelle. Mais lorsque nous avons cessé d’utiliser le mot « montre » pour parler d’un « objet mécanique magnifique », il a commencé à se faire à l’idée. Et lorsque nous lui avons demandé d’ajouter quelques grammes sur le tourbillon volant de notre montre Première (qui est déjà très difficile à fabriquer), il a compris que c’était la bonne option à prendre. Le résultat final a conduit à quelques innovations technologiques, à de nouvelles façons d’utiliser les matériaux. Et tant le produit que la recherche technologique en ont tiré avantage. Maintenant c’est M. Papi qui vient nous demander si nous n’avons pas de nouvelles idées folles pour lui !

« C’est une sorte de faux cadeau : quelque chose que vous achetez pour un être cher de façon à pouvoir le lui « emprunter » plus tard »

Le nom des nouveaux modèles Boy.Friend suggère que c’est une collection exclusivement féminine, que l’amoureux devrait offrir à sa chérie. Mais la taille et la forme de la montre pourraient certainement séduire les hommes aussi, non ?
La Boy.Friend est un pur produit de design. Gabrielle Chanel empruntait souvent des éléments très masculins pour ses créations, utilisant des tissus comme le jersey et le tweed pour des vêtements féminins. Donc ce recours à des éléments masculins est assez commun dans la maison. Dans ce cas nous sommes partis de notre modèle le plus féminin, la montre Première, et y avons ajouté quelques touches masculines. Nous l’avons agrandie, nous avons utilisé un mouvement mécanique à remontage manuel pour un plus grand format, mais nous avons conservé un cadran très sobre sans échelle ni chiffres. Donc la montre est clairement destinée aux femmes. Si vous la voyez en photo, vous ne saisissez pas vraiment ses proportions et certains hommes m’ont dit que c’est la première montre qu’ils concevraient d’emprunter à leur femme. C’est une sorte de faux cadeau : quelque chose que vous pouvez acheter pour votre être cher de façon à pouvoir le lui « emprunter » plus tard.

La Boy.Friend. © Chanel

Mais n’envisageriez-vous pas de produire une version purement masculine de la Boy.Friend ?
Pas pour l’instant. Nous avons des produits pour hommes, essentiellement dans les parfums et les montres, et environ 20% de nos clients sont des hommes. Qui sait ? Dans dix ans les choses auront peut-être changé. Mais nous ne créons pas de produits en fonction d’une étude de marché.