Parmi vos collections, de quelle montre pour dame diriez-vous que c’est une valeur sûre ?
Sans hésiter la Happy Sport ! Nous en célébrons le vingtième anniversaire cette année. Il est dorénavant possible de la personnaliser. Il s’agit d’une montre de luxe accessible, les femmes ont rarement l’occasion de pouvoir obtenir une pièce unique dans cette gamme de prix. Pour créer leurs propres montres elles peuvent se rendre dans une boutique Chopard et y étudier les options, ou au préalable télécharger l’application Happy Sport et choisir les variantes sur leur tablette. Cette nouveauté que nous leur proposons est déjà très prisée en Asie, et dans nos boutiques Chopard en Suisse nous commençons à voir des clientes séduites par le concept.
 

Quels accessoires Chopard rencontrent le plus grand succès ?
Les instruments d’écriture, et notamment la ligne Mille Miglia.
 

Combien de personnes se consacrent à la joaillerie et la haute joaillerie en interne ?
En ce qui concerne la haute joaillerie, 35 personnes travaillent à la création, dont trois sertisseurs attitrés. Le sertissage en haute joaillerie nécessite une maîtrise extrêmement pointue, notamment quand il s’agit de retranscrire les dégradés de couleurs d’une fourrure pierre par pierre sur notre collection Animal World. Nos lignes de joaillerie occupent une quinzaine de personnes à la création, y compris pour les dessins en 3D, et ce sont ensuite 40 personnes dans nos ateliers genevois et encore 250 dans ceux de notre filiale allemande qui les réalisen : bracelets et chaînes en or, petits bijoux tels que des boucles d’oreilles et des pendentifs. En comptant notre département horloger, nos manufactures, nos boutiques et nos filiales, Chopard emploie environ 2000 collaborateurs.
 

Que représente pour vous le Grand Prix d’Horlogerie de Genève ?
Il s’agit du prix horloger à la source de l’industrie, c’est le plus important et le plus représentatif de l’horlogerie, il nous tient donc beaucoup à coeur. Le Grand Prix d’Horlogerie a très bien évolué au fil des années et nous participons à chaque édition. Nous espérons toujours assister au couronnement de nos créations parmi les magnifiques montres de nos concurrents, ce qui arrive de temps en temps.
 

Que vous apporte votre présence aux Oscars et au Festival de Cannes ?
Si nous avons effectivement une présence aux Oscars qui provient de notre implication au Festival de Cannes depuis 16 ans, il me semble plus approprié de parler de rôle que de présence sur la Croisette. En tant que partenaire officiel, non seulement nous fabriquons la palme d’or, mais nous avons par ailleurs créé en 2001 le Trophée Chopard afin de récompenser les jeunes talents. Le Trophée Chopard fait partie de la sélection officielle de Cannes, nous avons donc véritablement apporté quelque chose de nouveau au cinéma et contribuons à l’essor de la relève. Ces jeunes espoirs distingués bénéficient alors d’une visibilité internationale dans les médias qui augmente leur notoriété. Ce festival du film est le deuxième événement le plus médiatisé au monde après la coupe de monde de football, Chopard retire donc des retombées très importantes de son sponsoring. Par ailleurs c’est un trésor d’hospitalité car nous y accueillons les meilleurs clients de nos boutiques et nos partenaires, qui se voient offrir le sésame pour fouler le fameux tapis rouge. Même une personne très aisée ne peut s’offrir ce privilège, car on ne peut pas acheter de billets pour y accéder. Cela nous permet de fidéliser et de faire rêver nos clientes.
 

Quel est le prix de l’indépendance dont jouit Chopard aujourd’hui ?
Ce prix se paye en miles sur les compagnies aériennes ! Chopard étant comme vous le soulignez une entreprise familiale, nos clients et partenaires s’attendent à voir la famille. Mon frère Karl-Friedrich* et moi-même sommes très sollicités par les marchés et nos 150 boutiques, notamment sur la seconde partie de l’année. A l’heure où je vous parle il se trouve à Dubaï. La semaine prochaine je m’envole pour le Koweit où nous inaugurons la plus grande boutique Chopard du monde, je reviens à Genève 3-4 jours puis repars en inaugurer une autre à Bakou, avant de me rendre à St Petersburg couper le ruban d’un shop in shop, puis à Moscou pour un événement. Après une petite semaine à Genève je monte à nouveau dans un avion pour Shanghai. Cela vous donne une idée de l’engagement requis et du rythme mensuel auquel nous vivons. Heureusement la liste des points positifs que nous en retirons est longue, à commencer par notre liberté d’action et le choix de pouvoir suivre notre vision.
 

Si vous deviez conseiller une business woman européenne sportive qui rentre dans une boutique Chopard et souhaite s’offrir la panoplie complète : bague, bracelet, boucles d’oreilles, collier, montre et accessoires, que lui conseilleriez-vous ?
Pour commencer une Happy Sport, qu’elle peut porter du matin au soir de manière élégante et décontractée. Des petits diamants aux oreilles car on ne s’en lasse jamais, avec un joli pendentif Happy Diamonds avec coeur ou en rond selon les goûts, le tout en or rose. Ensuite je lui conseillerais une bague Temptation avec une pierre rose ou bleue, et éventuellement un sautoir avec 4-5 éléments intégrés comme des Happy Diamonds très fins, qui peut se porter en bracelet en faisant plusieurs tours, très facile à porter. Pour compléter il faudrait une petite pochette, une paire de lunettes et un parfum Chopard bien sûr !

* Co-président de Chopard, en charge notamment de l’horlogerie
 

Chopard: itw Caroline Scheufele

Happy Sport © Chopard