Fondée en 2005 par Sassoun Sirmakes et Antonio Terranova, Cvstos s’est distinguée par les designs d’avant-garde et la haute qualité de ses garde-temps. La marque est indépendante et ses ateliers sont situés au bas la rue Voltaire, dans le quartier historique des horlogers genevois, Saint-Gervais.

Best-seller des collections Cvstos, la Challenge Sea-Liner est quasiment arrivée par accident chez la marque. « La Sea-Liner est née en 2007 au sein de notre collection Yachting Club et elle était conçue à l’origine en collaboration avec un groupe italien de constructeurs de bateaux », explique Antonio Terranova, directeur artistique et co-fondateur de Cvstos. « Nous avions convenu de fabriquer 20 tourbillons en platine mais la crise économique mondiale est passée par là et le groupe italien a stoppé le projet. Nous nous sommes retrouvés avec ces 20 pièces sur les bras, et un gros problème, vu l’ampleur de l’investissement. Nous avons donc pris la décision de vendre nous-mêmes ces montres et en deux semaines à peine, nous avons écoulé les 20 tourbillons en platine. C’est une collection qui a beaucoup de succès. »

Antonio Terranova. © Cvstos

« En 2010, notre agent au Japon nous a demandé de réduire le prix et d’augmenter le volume de production de la Sea-Liner, tout en conservant le design et l’esprit de la montre », poursuit Antonio Terranova. « J’ai redessiné le modèle et le résultat en est la nouvelle Sea-Liner à trois aiguilles, qui coûte 16'000.- CHF. Nous avons conservé quelques éléments issus du monde nautique – le pont principal du mouvement, par exemple, est en titane recouvert de teck. Cette montre n’a pas de cadran, elle s’ouvre sur le mouvement que l’on peut voir depuis l’avant et l’arrière de la pièce, mais aussi depuis les côtés, à travers les hublots conçus à cet effet ». 

Challenge Sea-Liner blue. © Cvstos

Antonio Terranova explique que l’idée du cadran ouvert vient du premier modèle Sea-Liner, inspiré par les mega yachts et le souhait de concevoir une montre complètement transparente d’où le mécanisme pouvait être vu de tous les côtés. « Nous avons joué avec les couleurs, les revêtements et les matériaux, comme par exemple l’Alcantara du bracelet, qui est étanche et lavable », détaille le directeur artistique. « La montre est complètement appropriée au style nautique. Elle est faite pour les Runabouts que l’on trouve sur les lacs européens ».

La Challenge Sea-Liner se décline en deux tailles et ce modèle de base est le prélude à plusieurs autres développements. Antonio Terranova a soufflé à WorldTempus qu’une version en céramique blanche (particulièrement difficile à travailler à cause des « fenêtres » dans le boîtier) était en cours de développement, ainsi qu’un chronographe automatique GMT, avec indication jour/nuit et grande date. Il a ajouté qu’un version avec quantième perpétuel et indication des marées suivrait.
On a hâte de les découvrir !