Il y a 18 mois, vous avez quitté Christie’s qui était à l’époque le leader mondial de la vente aux enchères horlogères, et vous revoilà chez Phillips jusqu’alors absent du secteur, par quel tour de magie ?
Par la magie de la vie qui revisite vos projets ! En effet Livia et moi avons quitté Christie’s fin 2013 afin de nous mettre à notre compte, et pouvoir réduire la quantité de montres à traiter pour ne suivre que les plus belles du marché. Après une petite pause, nous avons donc fondé notre société Bacs & Russo. Nous étions loin de nous imaginer qu’Edward Dolman, l’ancien CEO de Christie’s (!), nous contacterait en nous proposant de travailler ensemble pour mettre sur pied le département horloger de Phillips ! Après quelques séances de brainstorming, nous avons défini une formule nous permettant de garder notre indépendance tout en développant le département montres de Phillips : Phillips associé à Bacs & Russo. Ce partenariat est d’autant plus réjouissant que notre vision de traiter moins de volume, pour privilégier la meilleure qualité du marché, reste intacte.

Vos catalogues Auction One et Glamorous Day-Date pèsent au total 3,250kg. Qui souhaitiez-vous impressionner le plus, la concurrence ou vos clients ?
Impressionner quelqu’un ne faisait pas partie de nos plans. Mais les clients ont apprécié la formule, qui s’explique essentiellement par deux raisons. Il se trouve d’une part que les catalogues de tous les départements de Phillips affichent ce format, que nous avons dès lors adopté. D’autre part, leur épaisseur découle de notre volonté de consacrer deux pages à toutes les montres. Trop souvent il s’avère restrictif de ne leur en attribuer qu’une seule et nous tenions à combler cette lacune. Indépendamment de sa valeur en effet, chaque pièce présente tellement d’informations esthétiques, historiques et techniques, parfois subtiles, qu’il nous parait indispensable de les détailler correctement pour les acheteurs avertis. Quelques clients nous ont demandé avec humour si nous leur proposions l’abonnement de fitness avec les catalogues, mais l’immense majorité s’est déclarée ravie, allant même jusqu’à dire qu’ils les considéraient comme des ouvrages de référence à conserver dans leur bibliothèque horlogère.

Phillips catalogs

Les 2 catalogues des ventes genevoises, Auction One et Glamorous Day-Date. © Phillips

Quelles perles contiennent par exemple ces ouvrages ?
A mon sens les perles ne signifient pas nécessairement de battre un record absolu, mais de faire battre le cœur des collectionneurs par leur rareté, leur beauté, leur état ou leur histoire. Et c’est ainsi que nous les avons sélectionnées. Par exemple le lot n°195, une Heuer de 1969 est non seulement un chronographe automatique de la toute première génération, donc très intéressant d’un point de vue historique, mais en plus vendu en état neuf de stock, toujours pourvu de sa protection d’origine collé sur le fond et de son écrin d’époque. Dans un autre style mais tout aussi remarquable, le chronographe de Vacheron Constantin Référence 4178 en acier avec cadran couleur saumon et échelle à pulsations s’avère non seulement rarissime, mais d’une beauté absolue, et dans un état quasiment neuf. Indépendamment de leurs marques fétiches, les collectionneurs devraient avoir le coup de foudre. Bien évidemment, les quatre lots phare en couverture (Rolex Albino Clapton, les Patek Philippe  Réf. 1518 or rose et Réf. 130 chronographe monopoussoir, la Réf. 6062 cadran noir du Général) figurent parmi les montres les plus belles, les plus importantes et les plus convoitées au monde ce printemps.

heuer-monaco-1133-Phillips

Heuer Réf. 1133 Monaco, lot 195. © Phillips

Vous avez également accepté de gérer l’édition 2015 d’Only Watch pour son 10e anniversaire. Est-ce que les collectionneurs sont impatients ?
C’est un énorme honneur pour nous d’avoir été choisis comme partenaire pour l’édition 2015 d’Only Watch. J’ai eu le plaisir de rendre visite avec Luc Pettavino aux marques du SIHH et de Baselworld, qui nous ont accueillis avec un enthousiasme incroyable. J’ai aussi eu le privilège de voir quelques projets en cours, et même quelques pièces finalisées, dont la qualité, la créativité et le génie m’ont enchanté. En effet les collectionneurs sont impatients et espèrent obtenir des informations avant le jour J, mais évidemment je respecte le souhait des manufactures et d’Only Watch de ne pas les dévoiler plus tôt que prévu.

Vous présidez par ailleurs le jury du Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Est-ce que le jury et les catégories changent beaucoup ?
Le GPHG est un événement qui doit constamment s’adapter aux évolutions du marché, mêmes les plus subtiles. En outre Carine Maillard et Carlo Lamprecht ont mis un point d’honneur à écouter les avis après la dernière édition, puis à les partager avec le petit comité consultatif dont je fais partie. Il ressort que l’édition 2014 s’est avérée très convaincante et n’a pas nécessité d’ajustements majeurs, à l’exception de quelques points dans le règlement. Les catégories avaient été profondément remaniées l’an passé et restent similaires. Comme tous les ans cependant, nous renouvelons une partie du jury, dont les membres seront bientôt présentés sur gphg.org.

Suivez les enchères du 10 mai, Only Watch et le Grand Prix d’Horlogerie de Genève sur WorldTempus en vous abonnant à notre newsletter ici.