Dans ces ventes aux enchères d'automne de Genève, Christie’s se distingue avec une thématique chronologique déclinée en 100 lots d’exception, dont certains ayant appartenu à Jean-Claude Biver, René Beyer, William E. Boeing ou le Roi Farouk.

Baptisée Patek Philippe 175, la vente du 9 novembre à l’hôtel des Bergues de Genève ne doit pourtant pas éclipser celle du lendemain, toujours sous le marteau de Christie’s, regroupant 400 lots dont 40% de Rolex, pour une estimation comprise entre  CHF 11 et 18 millions. Cependant ce montant correspond exactement à la fourchette envisagée pour les 100 Patek Philippe. D’après Thomas Perazzi, senior specalist du département horloger de Christie’s, chaque pièce a fait l’objet d’une discussion approfondie avec leurs vendeurs respectifs pour établir un prix raisonnable, voire conservateur. Les surprises ne manqueront pas, mais Christie’s s’attend à vendre l’intégralité des lots, dont la diversité s’avère exceptionnelle. Leurs estimations s’échelonnent d’ailleurs de CHF 1000.- à 1,6 million!

L’incroyable variété des modèles s’illustre à deux niveaux, chronologique  et typologique, tant la volonté de Christie’s dans la constitution de cette vente tendait à refléter fidèlement toute la production de Patek Philippe. Qualité et rareté en sont les maître-mots. Le lot le plus ancien date de 1847, et le plus récent des années 1990. La provenance des pièces est planétaire, et 58% d’entre elles n’ont encore jamais fait l’objet d’enchères, s’avérant « fresh to the market » dans le jargon des collectionneurs. Les propriétaires d’origine ou leurs descendants ont accepté de confier à Christie’s ces bijoux de famille, ce qui explique l’autre proportion élevée digne d’intérêt caractérisant cette vente : 22% des lots sont proposés avec certificat et écrin d’origine.

La majorité des garde-temps prend la forme de montres bracelets, mais 40 d’entre eux sont des montres de poche (dont les toutes premières avec les remontages à clé) et 4 des pendules. Leur richesse est illustrée par notre sélection de photos (cliquez sur la grande image-mosaïque ci-dessus pour ouvrir la galerie photo), mais cette centaine historique comprend des tourbillons, des répétitions minutes, des quantièmes perpétuels, des chronographes QP, des émaux, du quartz, des bijoux, des modernes, des pièces uniques et du design dont celui de Gilbert Albert.

 

Patek-Philippe-Lot-45.jpg

Patek Philippe Réf. 1563 (lot 45). Chronographe en or 18ct, avec cadran gradué pour les pulsations. © Christie's


Provenances prestigieuses
Collectionneur averti et grand amateur de Patek, le patron du pôle horloger de LVMH Jean-Claude Biver, qui avait notamment acquis la Patek Philippe d’Only Watch en 2009, apporte cette fois sa pierre à l’édifice de Christie’s en confiant sa référence 1563. Toujours dans les grands noms de l’horlogerie suisse, René Beyer (de Chronométrie Beyer à Zurich) se sépare d’une montre de poche de 1907 (le lot 56). Estimé entre CHF 300'000.- et 500'000.-, le lot 46 est une référence 1518 en or jaune de 1944 qui a appartenu au Roi Farouk d’Egypte.

Si son nom plane aujourd’hui dans les cieux de la planète entière, il n’est pas forcément associé à l’univers horloger. W.E Boeing est gravé au dos de cette incroyable référence 130 vendue par Cartier avec des chiffres Breguet, le seul chronographe monopoussoir à rattrappante connu dans cette configuration. Fresh to the market, le lot 35 a donc appartenu au pionnier de l’aviation moderne William E. Boeing, dont les descendants directs ont accepté de remettre à Christie’s cette pièce unique, estimée entre CHF 400'000.- et 800'000.-. Leur provenance anonyme n’empêchera pas les deux lots phares d’accéder à la notoriété au son du marteau, car leur évaluation cumulée représente près du quart du total de la vente.

Estimée entre CHF 1,6 et 2,6 millions, la Référence 2499, première série en or rose de 1951, est le seul QP en or rose poinçonné en Angleterre. Il s’agit du deuxième exemplaire sur les 4 modèles produits connus de cette référence. Juste en dessous (CHF 1,5 et 2,5 millions), la référence 2523 est un worldtimer de 1953 en or jaune à deux couronnes avec cadran central bleu en émail de toute beauté, qui constitue le lot 64. Chaque lot est accompagné d’un écrin commémoratif Patek Philippe 175 et d’une pièce en argent gravée du numéro du lot et du nom de la vente.

Analyse à suivre sur worldtempus.com...