Le poids physique des deux catalogues accusant plus de 3 kilos sur la balance illustre aussi la charge métaphorique que Phillips confère à la première vente de son nouveau département horloger, créé en novembre dernier, en partenariat exclusif avec Bacs & Russo.

Mais il n’y a pas que le poids du catalogue qui impressionne. Paul Boutros,  consultant en stratégie de Phillips et amateur de montres de longue date, a supervisé la photographie et introduit un niveau de détails jusqu’alors jamais vu dans les photos de montres des catalogues de ventes aux enchères, donnant ainsi un excellent aperçu de l'état des pièces.

Dès le début, Phillips avait promis que sa première vente serait dédiée à « des pièces de collection rares et historiques extrêmement raffinées,  de grande qualité et en excellent état ». Pari tenu.  En outre, une section de la vente,  entièrement consacrée à des modèles Day-Date de Rolex, a été mise sur pied avec l’aide de Pucci Papaleo, le plus grand spécialiste Rolex, qui vient de publier tout un ouvrage dédié à la Day-Date.

Patek-Philippe-Ref.130-lot-123.jpg

Lot 123: Patek Philippe, Réf. 130, en acier, 1927. Estimation: Sfr 1,000,000-2,000,000. © Phillips

Pourtant, les stars de la vente sont signées Patek Philippe. Phillips propose en effet une Réf. 130 datant de 1930, estimée entre 1 et 2 millions de francs suisses, ainsi qu’une Réf. 1518 de 1948, estimée entre 800'000 et 1,4 million de francs suisses.

Patek-Philippe-Ref-1518-lot-165.jpg

Lot 165: Patek Philippe, Réf. 1518, chronographe à quantième perpétuel en or rose, 1948. Estimation: SFr. 800’000-1’400’000. © Phillips

Il y a également une très rare Rolex Oyster Cosmograph, qualifiée d’« albinos » en raison de son cadran tout en argent. On ne connaît que quatre exemplaires de cette Oyster Réf. 6263 et le fait que celle-ci ait appartenu à Eric Clapton ajoute à son charme – et à sa valeur, estimée entre 500'000 et 1 million de francs suisses.

Les amateurs de telles raretés n’ont sans doute pas eu besoin de consulter le catalogue pour être informés de leur présence à la vente. Bien que les potentiels acheteurs de pièces plus abordables trouveront moins de choix  chez Phillips que chez Christie’s,  ils n’auront pourtant pas à feuilleter longtemps les catalogues avant d’en trouver quelques-unes, comme par exemple, cette Vacheron Constantin Réf. 4465, datant de 1953,  en or blanc et en excellent état, estimée entre 4000 et 6000 francs suisses (lot 87), ou cette Patek Philippe Réf. 2514/1 (lot 92) de 1956. Moins recherchée peut-être à cause de sa forme carrée,  mais pourtant en excellent état et très portable, elle pourrait être à vous pour 7000 francs suisses à peine – auxquels il faudra bien sûr ajouter la commission d’achat.

Vacheron-Constantin-Ref-4465-Patek-Philippe-2514.jpg

Lot 87: Vacheron Constantin, Réf. 4465. Montre automatique en or blanc, 1953. Estimation: Sfr 4,000-6,000. Lot 92: Patek Philippe, Réf. 2514. Montre à remontage manuel en or, 1956. Estimation: Sfr 7,000-9,000. © Phillips