Il y a sept ans, Georges-Henri Meylan y participait pour la dernière fois en tant que CEO d’Audemars Piguet. C’était encore l’époque des célèbres soirées AP, les plus festives et conviviales du SIHH. C’est dorénavant à Baselworld que ce passionné d’horlogerie et de rallye automobile reçoit ses amis et clients.

Pur produit helvétique de la success story mécanique du 12e Art, Georges-Henri Meylan n’est pas seulement né à la Vallée de Joux, il y a effectué ses premières armes en débutant sa carrière chez Jaeger-LeCoultre. Cueillis à l’EPFL et à l’IMD, ses diplômes fleurent bon l’élite lémanique, qu’il accompagne d’ailleurs au bout du monde. Sous sa houlette, Audemars Piguet cède aux sirènes d’Ernesto Bertarelli, jeune milliardaire seigneur du lac sur son catamaran révolutionnaire, et sponsorise Alinghi en Nouvelle-Zélande au tournant du troisième millénaire. Le défi suisse pour l’America’s Cup déjoue alors tous les pronostics, faisant de la Suisse le premier pays à faire revenir en Europe le plus vieux trophée sportif du monde. C’est en famille que Georges-Henri Meylan soutient à Auckland le challenger dans son incroyable épopée victorieuse, secouant avec enthousiasme sur la base Alinghi les cloches suisses en fonte, dont l’écho se propage dans toute la baie d’Hauraki.

 

G-H-Meylan.jpg

Georges-Henri Meylan, Président du conseil d’administration de la MELB Holding, propriétaire des marques H. Moser & Cie et Hautlence.

(Sur la photo ci-dessus, Georges-Henri Meylan porte au poignet gauche une H.Moser & Cie. Endeavour Perpetual Calendar, or rose et cadran noir, et à droite une Hautlence Avant Garde HLRS 03)

Dix ans plus tard, c’est toujours en famille que le fondateur de MELB (pour le M de Meylan suivi des initiales de ses trois enfants) mène sa barque. Sauvant du naufrage les sociétés H. Moser & Cie et Hautlence, le valeureux  défenseur des valeurs helvétiques et de l’identité de marque exhorte son équipage à maintenir le cap dans le gros temps que traverse actuellement l’industrie horlogère. D’autres embarcations en difficulté aimeraient rejoindre la flottille de l’espoir, mais la sagesse est à la barre et veille au grain. Ce qui n’empêche nullement le pilote émérite d’entamer sa 71e année au volant de son Alpine Renault 1600S de 1970 par le Rallye Historique de Monte Carlo.

G-H-Meylan-voiture

L'Alpine Renault 1600S de Georges-Henri Meylan. © DR