Voire deux ! La version français-anglais est dominée par le bleu de la H2, et la version allemand-anglais par le rouge de cette déclinaison hydromécanique. Cette Une ultra-contemporaine sur l’ « Hyt-inéraire d’une montre iconique », ainsi décrit par le rédacteur en chef, illustre sans doute le mieux l’hybridation extrême de la haute horlogerie dans sa quête d’innovation et de challenge. Quand les nouveaux matériaux du garde-temps deviennent liquides, quelle est la prochaine étape ?

La diversité de cet univers micromécanique se reflète également de manière éclatante par deux articles d’experts se penchant sur deux marques séculaires beaucoup plus traditionnelles mais au charisme planétaire. Réalisée conjointement par l’architecte Alex Leuzinger et la journaliste spécialisée Marie de Pimodan-Bugnon, l’analyse du chronographe Nautilus Travel Time de Patek Philippe mènera les lecteurs sur le chemin du Musée d’Art Contemporain de Niteroi au Brésil. Quels liens entre l’œuvre architecturale et le monument horloger ?*

De son côté, l’horloger Christophe Persoz a consacré le Banc d’Essai de ce numéro à la Patrimony Contemporaine Date et Jour Rétrogradants de Vacheron Constantin, passée au crible de son œil d’expert. Esthétisme et technique appartenant intrinsèquement à l’ADN de GMT, la rubrique Innovation continue d’être animée par le journaliste David Chokron, qui se glisse cette fois dans les coulisses de l’échappement à détente. Béotiens s’abstenir !

Leaders et 12e Art
Sans leader visionnaire, les trajectoires des plus grandes marques horlogères ne seraient pas tracées avec la même précision, leur impulsion s’avère donc déterminante. Parmi les CEO les plus dynamiques  de l’industrie horlogère, Jean-Christophe Babin à la tête de Bvlgari et Michele Sofisti aux commandes de Girard-Perregaux nous éclairent sur leurs objectifs et les moyens dont ils disposent pour renforcer leurs marques respectives. Toujours sous l’angle de l’insider, la spécialiste indienne de l’horlogerie Anita Khatri décrit les enjeux et les gagnants de ce marché stratégique.

Outre une quarantaine de nouveautés présentées individuellement sous des regroupements thématiques, deux dossiers offrent une approche ludique et très imagée des montres qui se sont distinguées lors les salons horlogers du début d’année. Marie De Pimodan-Bugnon nous propose ainsi sa sélection des indispensables de l’été (déclinée chaque semaine sur le site worldtempus.com), tandis que la spécialiste Marie Le Berre compare en quoi le 12e Art (l’art de la mesure du temps) s’inspire des arts classiques tels qu’ils ont été édictés par le philosophe Hegel. Même sur les établis, la Coupe du monde de football met les marques en émoi, toutes ne l’exploitent pas de la même manière.

Enfin, en tant que partenaire média officiel du Grand Prix d’Horlogerie de Genève, GMT en dévoile les principales nouveautés et ouvre le bal des candidatures. Son édition d’automne contiendra le catalogue officiel et la présentation des 72 montres sélectionnées pour le GPHG 2014. Entretemps, GMT paraîtra en juillet dans son format XXL Suisse et en septembre dans son format XXL World, diffusé dans 80 pays.

Le GMT de juin se trouve maintenant en kiosques en Suisse et sur les kiosques numériques de Relay.com et Magzter en allemand, anglais et français.

*Toutes les archives de la rubrique Architecture de GMT sur gmtmag.com