Michèle Brunner

De par sa définition – « Montres mécaniques présentant au moins une complication calendaire et/ou astronomique » la catégorie Calendrier accueille des montres aux fonctions calendaires plus ou moins riches. Ainsi, la FreakLab d’Ulysse Nardin ne propose-t-elle « que » la date (mais un tourbillon comme autre complication), alors que la Slim d’Hermès offre un quantième perpétuel et une phase de lune (et un second fuseau horaire). S’il ne fallait se baser que sur la complexité du calendrier pour arrêter un juste choix, le modèle d’Hermès l’emporterait haut la main.
Pourtant, c’est le Quantième Complet, de la collection Villeret de Blancpain, que je préfère. D’abord, cette montre offre une phase de lune (une indication que les femmes adorent paraît-il). Graphiquement simple, l’indication lunaire participe au remarquable équilibre du cadran par sa taille et son positionnement centré. Ensuite, la lisibilité du jour et du mois, affichés dans des guichets, est immédiate. Il ne reste plus qu’à déplacer son regard vers la jolie aiguille serpentine en acier bleui pour capter facilement la date. L’immédiateté de la lecture est un avantage à mes yeux. Autre avantage pratique de ce modèle, son mouvement automatique pourvu de 72 heures de réserve de marche permet de régler en tout temps et facilement chacune des indications.

Blancpain

Villeret Quantième Complet. © Blancpain

Camille Gendre
En termes purement techniques, la Slim d’Hermès Quantième Perpétuel remporte la palme de la montre la plus compliquée. En effet, parmi les 6 montres en compétition dans la catégorie Calendrier, cette pièce est la seule à être dotée d’un quantième perpétuel, l’une des complications horlogères les plus complexes qui existe.
Cependant, de tous les critères de choix d’une montre à calendrier, je retiendrais avant tout celui d’un cadran au style épuré, offrant une lisibilité immédiate des différentes fonctions. En ce sens, j’opterais pour la Blancpain Villeret Quantième Complet. Pour l’affichage de la date, la Manufacture a choisi de perpétuer la tradition cultivée par les horlogers du 18ème siècle, en recourant à une aiguille en serpentine en acier bleui. La pièce est également pourvue de correcteurs sous cornes brevetés par Blancpain, procurant ainsi un double avantage esthétique et pratique.

Paul O’Neil, rédacteur en chef de WorldTempus
Comme pour toutes les tables rondes de ce GPHG 2015, nos contributeurs ont fait leur choix sans connaître celui des autres. Il me semble important de le souligner, car, comme vous pourrez le lire, Camille et Michèle ont choisi le même modèle, et de surcroît pour les mêmes raisons.

De mon côté, c’est plus le prix qui a dicté mon choix dans cette catégorie. Il est encourageant de constater que le jury a été assez audacieux pour retenir la montre Lac calendrier complet de Claude Meylan. La marque est surtout connue pour ses modèles squelettes et la ligne classique de ce calendrier est une surprise. Comme l’est aussi son prix, quatre fois moins élevé que la deuxième montre la moins chère dans cette catégorie, la Villeret Quantième Complet de Blancpain, qui coûte 14’000 francs suisses. Avec ses 3250 francs, le modèle de Claude Meylan offre un excellent rapport qualité-prix pour une montre mécanique pourvue d’un calendrier complet.

Claude Meylan

Lac, calendrier complet. © Claude Meylan

 

Votez vous aussi pour votre montre préférée dans la catégorie "Calendrier" en cliquant ici.