Stephen Forsey, co-fondateur avec Robert Greubel de Greubel Forsey, est né en Grande-Bretagne mais s’est adapté à la vie en Suisse comme s’il y était né. Il habite dans une ferme à la campagne et parle le français presque mieux que l’anglais. Cela fait 11 ans que son associé et lui ont lancé leur entreprise, l’occasion pour WorldTempus de lui poser cinq bonnes questions.

Quel est le secret de votre succès ?
C’est une question d’état d’esprit. Nous avons toujours remis en question chaque fait établi et avons toujours voulu dépasser les limites de ce qui était considéré comme possible. Lorsque nous avons commencé à travailler sur notre première montre, Robert et moi avons remarqué que de nombreuses techniques et compétences, notamment pour les finitions à la main, n’étaient plus pratiquées. Déjà à l’époque, il y a dix ou quinze ans, nous planchions sur la façon de sauver ces savoir-faire et ces métiers horlogers en voie de disparition.

Quels ont été, à ce jour, vos trois projets favoris ?
Le développement technique du Double Tourbillon 30°, l’Invention Piece 1 pour son architecture mécanique révolutionnaire et la GMT pour son architecture. Toutes ces montres incarnent le véritable esprit Greubel Forsey, une passion pour la recherche et la créativité appliquées à une idée apparemment « simple » afin de la transformer en un garde-temps extraordinairement original.

Invention Piece 1 © Greubel Forsey

Le Tourbillon 24 Secondes Vision, dans la lignée du Double Tourbillon 30° Vision, est une pièce sublime, simple en apparence à une certaine distance, avec des détails magnifiques et un niveau d’exécution fabuleux de plus en plus apparent au fur et à mesure que vous regardez de plus près.
J’aime particulièrement ses proportions fines et élégantes, ainsi que la splendide et subtile asymétrie verticale avec le dôme façonné dans la glace saphir au dos du boîtier. Invisible côté affichage, ce dôme permet une vue unique sur l’exceptionnelle cage à tourbillon tournant en 24 secondes et complète l’architecture du mouvement.

Quels étaient les défis propres à la Vision ?
L’un des aspects les plus difficiles du processus de création était de concevoir une montre plus subtile et élégante tout en conservant l’esprit et l’essence de notre atelier. L’inclinaison de la cage de tourbillon était d’une importance capitale et c’est pourquoi nous avons songé à ajouter le dôme dans la glace saphir au dos du boîtier. Nous devions cependant nous assurer qu’il serait confortable à porter pour nos collectionneurs, nous avons donc consacré beaucoup de temps à créer des prototypes avec des imprimantes 3D et à en tester le confort.

Nous voulions que le mouvement de la Tourbillon 24 Secondes soit l’un des attraits principaux de la montre. Cependant nous souhaitions également continuer à mettre en exergue notre expertise en matière de finitions manuelles. Par exemple, de loin il peut sembler que le cadran de la montre est plutôt simple mais en réalité il est à la hauteur de tous les standards de Greubel Forsey. Les aiguilles en acier bleu finies à la main ont été éclairées et modelées en forme de lance spécifiquement dans le but d’attirer l’œil directement vers les index gravés et émaillés « grand feu ». Ces index passent au four 7 à 10 fois afin d’assurer un fini parfait, sans la moindre imperfection. C’est très difficile car une fraction de seconde seulement peut faire la différence entre un cadran approuvé par Greubel Forsey et un cadran dont nous estimons qu’il n’est pas assez bon pour passer la rampe.

Tourbillon 24 Secondes © Greubel Forsey

Enfin, et ce n’est pas le moins important, nous sommes vraiment fiers des ponts du tourbillon, le pont inférieur étant l’une des principales raisons pour lesquelles nous utilisons un dôme dans la glace saphir, nous voulions attirer l’attention sur lui. Le pont est voûté, en forme de tonneau et délicatement poli à la main avec pour résultat un reflet parfaitement régulier sur toute la pièce. Un remarquable savoir-faire est nécessaire, à tel point qu’au début, seul un spécialiste de notre département de décoration était capable de finir ce pont selon nos standards.

Qu’est-ce que vous appréciez le plus dans ce que vous faites ?
J’adore repousser les limites de la performance grâce à notre recherche originale, voir une nouvelle invention prendre vie et fonctionner pour la toute première fois.

Question bonus : pourquoi aimez-vous les montres ?
Le temps est invisible mais il dirige nos vies. La montre mécanique est la plus subtile combinaison d’art, de science et de mécanique que je connaisse ! J’ai hérité de mon père et de mon grand-père la passion pour les mécaniques compliquées, puis j’ai découvert l’horlogerie ancienne à travers les pendules et la montre mécanique à l’école d’horlogerie de Londres. La fascination du caractère unique de l’horlogerie, la mécanique, la créativité, l’art, la rigueur, la précision sont autant de facettes importantes de la haute horlogerie.

Stephen Forsey © Greubel Forsey