Lorsque Heinrich Moser s’établit à Saint-Pétersbourg pour y fonder sa compagnie, c’est le début d’une véritable histoire d’amour avec la Russie. Rapidement, les garde-temps Moser deviennent célèbres et sont arborés par les plus grands, princes et membres de la Cour impériale russe. Au XXème siècle, Fabergé, « l’orfèvre des tsars », équipe la quasi-totalité de ses horloges de table avec des calibres H. Moser & Cie. En 1917, la Révolution d’Octobre signe la fin de l’aventure russe pour l’entreprise H. Moser & Cie., confiée à une direction suisse à la mort de Heinrich. Entièrement dépossédés de leur entreprise, les directeurs de Moser rentrent en Suisse et la florissante affaire s’arrête là.  

H. Moser & Cie. Comptoir Heinrich Moser & Co Russie

Le comptoir Heinrich Moser & Co. à Saint-Pétersbourg, Russie, 1828. © H. Moser & Cie.

2015 marque le retour de H. Moser & Cie. sur le territoire russe et la reprise de ses activités sur ce marché. La compagnie est ainsi en train de développer son réseau de distribution en Russie, donnant rendez-vous aux détaillants et à ses partenaires et amis de la presse à Bâle du 18 au 25 mars. Comme le souligne Edouard Meylan, CEO de H. Moser & Cie., « la Russie représente beaucoup pour H. Moser & Cie. en termes d’histoire et à titre symbolique. C’est en Russie que nous avons nos racines et où Heinrich Moser a connu ses premiers succès. C’est un joli retour aux sources que nous accomplissons aujourd’hui ». H. Moser & Cie. conçoit, développe, assemble et produit ses créations entièrement en interne, à Neuhausen am Rheinfall, tout près du musée familial Moser situé dans le Château de Charlottenfels, l’ancienne maison de Heinrich Moser.

H.Moser & Cie. Charlottensfels

Le Musée familial Moser, à Charlottensfels. © H. Moser & Cie.