Voilà un peu plus d’un an que le Swatch Group a acheté Harry Winston. Qu’est-ce qui a changé et comment la marque a-t-elle évolué depuis ?

Cette année, le fait marquant est le développement d’une authentique collection de montres Harry Winston et nous sommes même parvenus à le faire plus rapidement que prévu. Parallèlement, nous avons investi encore davantage dans la production de joaillerie et nous allons continuer à renforcer ce secteur. Les bons résultats que nous avons obtenus dans ces deux activités ont permis l’ouverture de quelques nouvelles boutiques.
L’an dernier, nous avons présenté la première collection de montres Harry Winston réellement produite par nos soins - c’était un sacré défi d’y parvenir dans un laps de temps aussi court. C’était une collection réussie et pourtant, à mon sens, elle méritait quelques ajustements supplémentaires. Cette année, nous disposions de davantage de temps, ce qui nous a laissé le loisir de revoir les détails à chaque étape de la production, que ce soit pour les boîtiers, les bracelets ou le sertissage des diamants. Je crois que nous sommes maintenant sur la bonne voie, car nous pouvons montrer à nos clients une collection équilibrée avec quelques pièces extraordinaires.

L’empreinte de Swach Group est-elle donc déjà perceptible dans cette collection ?

Oui. Les détaillants reprennent confiance parce qu’ils constatent que les montres aussi se vendent bien. Les produits eux-mêmes ont toujours été bien accueillis grâce à leur design. Néanmoins il y avait différents problèmes, notamment avec les prix, les stocks disponibles sur les marchés ou les ventes parallèles sur internet, etc. Nous avons maintenant fait de l’ordre et tant Harry Winston que ses détaillants recueillent les fruits des efforts considérables que nous avons entrepris dans ces domaines.

Les détails que vous mentionnez sont-ils la raison pour laquelle vous avez vu du potentiel chez Harry Winston  ?

Harry Winston a toujours eu un potentiel horloger prometteur. Nous sommes naturellement très heureux de bénéficier de l’aide de Blancpain pour la fabrication et la production des mouvements. Les deux équipes travaillent en étroite collaboration. Et chez Harry Winston, il y a une expérience très solide dans le design et le sertissage de pierres précieuses. Nous pouvons dorénavant combiner cela avec le savoir-faire de Swatch, le résultat est fantastique !

Harry Winston a toujours été une marque forte dans les montres pour hommes. Nous avons poursuivi dans la veine des lignes existantes pour la collection masculine, en la renforçant avec nos idées. Cela nous a aussi donné plus de temps pour développer les produits féminins, des pièces plus délicates spécifiquement élaborées pour les femmes. Alors cette année, ces montres de dimensions plus modestes, avec de plus petites complications, ont été très bien reçues par les marchés, particulièrement en Asie.

Dans l’univers des montres pour hommes, Harry Winston est connue en particulier pour deux séries de modèles: l’Histoire de Tourbillon et l’Opus. A Baselworld nous avons pu découvrir l’Histoire de Tourbillon 6. Pouvez-vous nous confirmer que la collection Opus va également se poursuivre ?

Oui, la collection Opus va se poursuivre. Les personnalités ingénieuses qui contribuent aux idées del’Opus viennent traditionnellement de l’extérieur, et cela continuera ainsi. Nous souhaitons faire participer des créateurs indépendants. Ils bénéficieront bien sûr de la puissance industrielle et du savoir-faire du Swatch Group pour donner vie à leurs idées. De nombreux designers et créateurs indépendants sont désireux de profiter des connaissances du Swatch Group, certains autres un peu moins. Vous savez, c’est une chose de concevoir une idée, c’en est une autre de la transformer en un produit réel. En général les gens sont contents que leurs idées se concrétisent, mais cela demande évidemment beaucoup d’efforts des deux côtés, et aussi des investissements considérables. Nous ne voulons pas changer le concept de l'Opus. Cela n’aurait pas de sens. C’est pourquoi le Swatch Group ne proposera ni design ni philosophie nouvelle pour l'Opus, mais si nous pouvons aider à la réalisation grâce à nos compétences en la matière, nous serons heureux de le faire.

Harry Winston Premier Precious Butterfly

Une des montres favorites de Nayla Hayek, la Premier Precious Butterfly arbore sur son cadran le délicat pigment de couleur que l’on trouve sur les ailes de papillon, une technique qui a nécessité trois ans de perfectionnement. © Harry Winston

Avez-vous un modèle favori dans la collection Harry Winston 2015 ?

Je trouve que cela devient de plus en plus difficile d’avoir une préférence personnelle. Il y a trop de choix ! Mais si vous insistez et que je devais choisir… La Premier Shinde est l’une de mes favorites. Et la Premier Precious Butterfly est aussi fascinante, parce que les cadrans changent sur chaque montre. Et j’aime aussi beaucoup la captivante Midnight Diamond Stalactites. Et voilà, ce sont mes trois préférences personnelles.

Harry Winston Midnight Diamond Stalactites

Les modèles Midnight Diamond Stalactites introduisent le boîtier de 36 mm dans la collection Midnight, pour la première fois serti de 245 diamants taille brillant sur le modèle en or rose (à droite), et 110 saphirs ainsi que 135 diamants taille brillant sur la version en or blanc (à gauche). © Harry Winston

Quels sont vos projets d’avenir pour Harry Winston ?

Nous travaillons sur diverses choses, mais je ne peux pas entrer dans les détails de nos projets. Ce sera exclusif à Harry Winston, une première. Marc et moi avons quelques idées. Nous verrons si cela marche. Nous avons aussi des plans pour l’Histoire de Tourbillon dans les prochaines années. La réalisation est en de bonnes mains. Et bien sûr nous travaillons sur les projets Opus. Vous savez, ce genre de choses prend beaucoup de temps. Quoi qu’il en soit, Harry Winston a de nombreux projets et un avenir brillant !

Harry Winston Premier Shinde

Hommage à l’un des designers les plus célèbres de la marque, le modèle Harry Winston Premier Shinde est l’un des préférés de Nayla Hayek. © Harry Winston