A l’image du Comité des Exposants Suisses, qui représente les intérêts de l’industrie horlogère suisse à Baselworld, le Hong Kong Trade and Development Council (HKTDC) représente les intérêts des quelque 150 exposants de la région au salon bâlois.

Les exportations suisses vers Hong Kong étaient légèrement à la baisse l’an dernier. Dans quelle mesure pensez-vous que cela était dû aux événements qui se sont produits à Hong Kong et pensez-vous que les exportations vont repartir à la hausse ?
De récents rapports indiquent que les ventes totales de montres suisses à Hong Kong ont baissé de 7% pendant les trois premiers trimestres de 2013. En 2014, la valeur totale des ventes de montres a atteint 2,33 milliards de dollars, soit 3% de moins que l’année précédente. L’incertitude économique a certainement eu un effet décourageant sur la demande de montres de luxe chez les clients chinois du continent. Parallèlement, les détaillants de Hong Kong ont toujours des difficultés à lutter contre les loyers élevés, un facteur déterminant pour rester compétitifs face à d’autres pays.
On observe aussi que les clients chinois ont tendance à s’intéresser à des marques plus récentes ou des marques de niche pour exprimer leur individualisme. Ils préfèrent des designs plus épurés. En revanche les femmes sont plus attirées par les montres à quartz analogiques. Les montres mécaniques de milieu de gamme ont enregistré le plus fort taux de croissance, 6% en 2014, tandis que les montres mécaniques haut de gamme voient leurs ventes diminuer. De plus, les consommateurs chinois ont globalement changé leurs habitudes pour se tourner vers des montres à prix plus abordables. C’est pourquoi les marques de niche populaires connaissent encore une augmentation modérée de leurs ventes, alors que les ventes des marques de montres les plus luxueuses marquent le pas comparé à la croissance vigoureuse des années précédentes.

"Les détaillants de Hong Kong ont toujours des difficultés à lutter contre les loyers élevés, un facteur déterminant pour rester compétitifs face à d’autres pays."

Stephen Wong

On prévoit un ralentissement continu de l’économie chinoise qui fera probablement baisser les ventes de montres à Hong Kong. Les tensions sociales et les problèmes économiques ont aussi un impact sur les ventes de produits de luxe dans la ville. On s’attend à une stagnation du CAGR (Compound Annual Growth Rate, taux de croissance annuelle composé) à  2,34 milliards de dollars en 2019.

Combien avez-vous d’exposants au Pavillon de Hong Kong et quels secteurs d’activité représentent-ils ?
Il y a 151 exposants, dont 83 pour l’industrie joaillière, 49 pour l’horlogerie, 9 pour les composants horlogers et 10 pour le secteur du conditionnement.

Stephen Wong

Stephen Wong, Regional Director Europe at HKTDC. © HKTDC

Quelles sont les principales différences entre Baselworld et le Hong Kong Watch and Jewellery Show pour ces exposants ?
Pour l’industrie horlogère, les deux manifestations ont de nombreux points communs, par exemple l’ambiance à notre Salon de TE, où nous nous concentrons sur les marques internationales et les nouvelles marques chinoises. Ici à Baselworld, les exposants visent essentiellement les marchés occidentaux, tandis qu’au HKTDC Hong Kong Watch & Clock Fair il y a en plus une attention particulière portée au design et à la stratégie de vente du produit en adéquation avec la demande et les goûts des clients asiatiques.

Quels sont les objectifs prioritaires des exposants qui viennent à Baselworld ?
C’est avant tout de promouvoir l’image de l’horlogerie et de la joaillerie de Hong Kong en tant que premier exportateur de ces deux industries dans le monde entier. Hong Kong est présent à Baselworld depuis 1986 avec le plus grand pavillon national et de nombreuses sociétés nous accompagnent depuis plusieurs années. Et durant ce laps de temps, elles sont montées en gamme, passant de fabricant d’équipement d’origine à fabricant de marque d’origine. Certaines ont également investi dans la recherche et le développement de mouvements pour réduire leur dépendance aux importations et surmonter les contraintes que les mouvements standards imposent au design du produit. Un certain nombre de nos exposants ont construit des relations durables avec les acheteurs européens et ils souhaitent les rencontrer à la foire pour leur montrer leurs nouvelles collections.

On s’attend à une stagnation du taux de croissance annuelle à 2,34 milliards de dollars en 2019.

Stephen Wong

Quelles sont les tendances actuelles de l’industrie horlogère de Hong Kong ?
Selon l’étude menée sur site durant le HKTDC Hong Kong Watch & Clock Fair en 2014, tant les acheteurs que les exposants s’attendent à ce que les montres à quartz et les montres connectées dominent le marché, alors que les montres de mode, les montres connectées et les montres de loisirs sont celles qui auront le plus fort potentiel. La plupart des acheteurs et des exposants prévoient d’ajouter des fonctions connectées à leurs produits et à promouvoir les montres par licences de marques et en offrant des collections en édition limitée.

A votre avis les montres connectées représentent-elles une menace pour l’industrie horlogère de Hong Kong ? Les fabricants hongkongais ont-ils déjà adopté cette tendance ?
Lors de l’édition 2014 du HKTDC  Hong Kong Watch & Clock Fair nous avons ajouté un secteur spécialisé dans les dispositifs portables dédié aux montres connectées et cela a remporté un grand succès auprès des acheteurs. Selon l’étude citée plus haut, les montres de mode connaîtront la plus forte croissance du marché en 2015, déjà suivies par les montres connectées. Comme Hong Kong possède à la fois de grands talents créatifs et une puissante industrie de l’électronique pour développer des applications pour les montres, son industrie horlogère sera sans aucun doute capable de rattraper son retard et d’être compétitive dans ce secteur.

A votre avis, quelles sont les perspectives en 2015 pour les exportateurs basés à Hong Kong ? Partagez-vous les mêmes préoccupations que l’industrie suisse concernant la crise économique et les problèmes de change ?
Les perspectives pour les exportateurs basés à Hong Kong – encore une fois selon l’étude menée au HKTDC Hong Kong Watch & Clock Fair – sont positives pour 2015. L’industrie horlogère est florissante, et la tendance à vendre et à fournir des produits via la plateforme de Hong Kong augmente. Nous avons par exemple mis sur pied notre « petite zone de commande » pour répondre aux besoins de la majorité des acheteurs de PME de se fournir en quantités de 300 exemplaires ou moins. La crise économique ou les problèmes de change ne semblent pas vraiment faire partie des préoccupations des exportateurs basés à Hong Kong, mais ils surveillent la situation de près afin de rester compétitifs.