Qui connait Julien Coudray 1518 ? Certains, la marque, en surface. D'autres, ses créations, qui arrivent sur le marché au compte-goutte. D'autres encore on croisé ses artisans de la première heure. Mais dans l'ensemble, Julien Coudray 1518 reste bien mystérieuse. WorldTempus lève le voile sur dix éléments de la manufacture.

1. Une manufacture intégrée...et partagée
Julien Coudray 1518 est une manufacture qui a tout juste cinq ans. Comment cette intégration a-t-elle pu intervenir si rapidement ? Parce que comme tant d'autres, à l'image de Greubel-Forsey avec Complitime, Julien Coudray 1518 fonctionne en tandem avec IMH, berceau technique de sa production. IMH conçoit et fabrique Julien Coudray 1518, mais pas seulement, la marque possédant plusieurs clients externes.

2. Une marque suisso-belge
En janvier dernier, Julien Coudray 1518 a été intégralement reprise par un actionnaire familial indépendant de nationalité belge, Joris Ide (aux côté de son fils Enzo), lequel possédait déjà Lebeau-Couraly que les amateurs avertis avaient repérés au Hall 1.1 de Baselworld cette année. Les deux marques évoluent en parallèle dans deux segments bien distincts mais c'est aujourd'hui l'appareil industriel commun, IMH, qui les sert toutes deux.

3. Métaux snob
Julien Coudray 1518 exclut de son travail tous les métaux snob, au sens propre du terme : sin nobilitas, communs. C'est la raison pour laquelle on ne trouve chez la jeune marque que quatre métaux : les trois ors (blanc, jaune, rose) et le platine.

4. Lingot horloger
La manufacture possède une particularité : tout ses composants sont usinés à partir d'un unique bloc d'un kilo de ces métaux. De ce précieux lingot, Julien Coudray 1518 va réaliser boîte, aiguilles, mais aussi de nombreux composants qui ne seront pas, comme l'exigent les temps modernes, dans le traditionnel laiton. Ainsi, dans le cas d'une pièce en platine, même les ponts seront aussi en platine.

Julien Coudray

Boite et mouvement sont issus du même bloc de platine ou, comme ici, d’or. © Julien Coudray

5. Bye bye galvano
Julien Coudray 1518 a proscrit les traitements de surface par galvanoplastie de ses créations. On n'y trouvera donc jamais, par exemple, de composants rhodiés. Toutes les surfaces seront finies sur la surface pure du métal, le plus souvent en poli bloqué (ou miroir).

6. Quatre ans, quatre références
Chez Julien Coudray, on aime bien les chiffres. La marque, estampillée 1518, a conçu et réalisé jusqu'à présent quatre modèles, les 1515, 1528, 1548 et 1588. Contrairement aux apparences, ils ne renvoient pas à des dates, mais un siècle suivi du nombre d'exemplaires des références concernées. La 1515 est donc éditée à 15 exemplaires, la 1528 à 28 exemplaires, etc. Julien Coudray 1518 ne manufacturant qu'une à deux montres par mois, cette feuille de route conduira la maison au minimum jusqu'en 2020 !

7. Intégration très verticale
Julien Coudray regroupe 30 personnes représentant 40 métiers différents. Pris individuellement, ces métiers existent dans la plupart des manufactures traditionnelles. Très peu, en revanche, offre un tel ratio entre si peu d'employés et autant de compétences. Très peu, voire aucune, en réalité.

Julien Coudray

L’émail et sa peinture miniature sont des constantes de la plupart des créations Julien Coudray 1518. © Julien Coudray

8. La tradition sans limite
C'est un parti pris et il est respecté à la lettre : Julien Coudray 1518 honore la tradition horlogère et se refuse donc à l'emploi de matériaux modernes, voire high-tech. Le silicium, par exemple, malgré les incomparables avancées technologiques qu'il confère au mouvement, est exclu dans un calibre Julien Coudray. En tout cas, pour encore au moins un siècle...le temps qu'il entre lui-même dans la tradition !

9. Vidange horlogère
Les montres Julien Coudray 1518 sont les seules à ce jour à disposer d’un indicateur de service qui se matérialise par une goutte dans le guichet a 12 heures, s’effaçant progressivement après quatre ans et appelant ainsi à une révision.

10. Tout en double
Il est créé et conservé chez Julien Coudray 1518 un kit de pièces de rechange pour chaque montre vendue. Chaque kit numéroté est stocké dans un coffre fort et peut être utilisé lorsque le remplacement de composants devra avoir lieu. Dans 20, 50, 100 ans...ou plus !

Julien Coudray

Chaque pièce, comme cette Competentia, peut-être personnalisée à la demande du client. © Julien Coudray