Vingt ans, cela peut représenter une longue période, ou juste une fraction d’éternité.  A Dresde, cette ville anéantie par les bombardements de la Seconde Guerre Mondiale, puis  étouffée par quarante-cinq années de communisme impitoyable, une croissance exponentielle a caractérisé les deux dernières décennies et la capitale de la Saxe a légitimement regagné sa réputation de Florence sur Elbe.  Avec l’aide de A. Lange & Söhne.

 

ALS-Jubilee-Dresde-Schmid

Wilhelm Schmid accueille ses invités et les médias. A droite, Romy Zimmermann – l'émailleur qui a créé à la main les cadrans des 20 pièces du jubilée. © A. Lange & Söhne


A la fin des années 90, lors de ma première visite à Dresde,  la ville léchait encore ses plaies et n’en finissait pas de contempler ses ruines. C’était une ville pleine de « Angst »,  mais qui commençait à renaître de ses cendres. Aujourd’hui, c’est une métropole prospère et fière de son héritage artistique, scientifique et culturel. A chacune de mes visites, je découvre des bâtiments historiques nouvellement reconstruits ou en cours de rénovation.  C’est l’un deux, le Royal Palace, que A. Lange & Söhne a choisi pour les célébrations du 20e anniversaire de sa nouvelle ère, qu’elle a partagées avec plus de 140 invités venus du monde entier.  Le lieu même, où  était dévoilée, il y a vingt ans,  la première collection de la marque.

 

ALS-Jubilee-Dresde-3.jpg

Les magnifiques décors du Palais Royal et de la Chapelle Royale de Dresde où ont eu lieu les festivités. © A. Lange & Söhne


De nombreuses manufactures de luxe peuvent de targuer d’une histoire plus riche. Mais la résurrection de A. Lange & Söhne, fondée en 1845,  présente une dimension épique unique ;  licencié en histoire et ayant étudié la Seconde Guerre Mondiale, j’ai été particulièrement ému par le film diffusé sur grand écran lors des festivités à Dresde, et je n’ai pas été le seul : photos des bâtiments de Lange bombardés dans les derniers jours du conflit, images de la réunification à la Porte de Brandebourg,  et de Walter Lange revenant à Glashütte après la chute du mur de Berlin. S’en est suivi la présentation des « Quatre Premières »,  le quartet de montres qui a relancé A. Lange & Söhne dans la stratosphère de l’horlogerie : la Lange 1, l’Arkade, la Saxonia et le Tourbillon Pour le Mérite.

 

ALS-Jubilee-Dresde-3.jpg

Un moment fort: Wilhelm Schmid et Walter Lange avec la photo des quatre montres dévoilées le 24 octobre 1994 par Günter Blümlein, Walter Lange et Hartmut Knothe. © A. Lange & Söhne


De ces quatre garde-temps, c’est la Lange 1 qui deviendra le modèle amiral de la marque. Vingt ans plus tard, il reste un classique intemporel dont le cadran asymétrique d’origine  a inspiré plusieurs rééditions et variantes à succès. La dernière réinterprétation en date est aussi le plus précieuse ; la Lange 1 Tourbillon Handwerkskunst  a été justement dévoilée lors du gala du jubilé à Dresde. Cette édition limitée à 20 pièces propose un tourbillon une minute avec arrêt secondes, un cadran émaillé noir et des finitions artistiques.

 

ALS-Jubilee-Dresde-5.jpg

25 ans après la réunification allemande, 20 ans après la renaissance de la marque, 10 ans après la première Lange 1 Tourbillon en or rouge, et une année avant le 170e anniversaire de la marque: la Lange 1 Tourbillon Handwerkskunst. © A. Lange & Söhne


Wilhelm Schmid est un homme heureux. Sous sa direction, A. Lange & Söhne a récolté de nombreuses récompenses et a acquis  sa réputation de plus grande marques horlogère allemande de luxe. Son phénix renaît de ses cendres! « Ces 20 ans signifient beaucoup ; pas seulement parce que c’est 20 ans,  mais surtout pour ce que nous avons accompli durant cette période et parce que de nombreux collaborateurs qui étaient là au début sont encore avec nous – c’est cela qui représente la vraie valeur de ces vingt ans », a confié le CEO à WorldTempus. « Il nous a fallu quatre ans pour développer les quatre premiers modèles, et leur design d’origine est encore aujourd’hui le fondement de toutes les montres que nous avons créées. Y compris bien sûr la pièce du jubilée : « Nous avons voulu créer la surprise avec une Handwerkskunst  qui n’aurait pas de gravure sur le cadran mais incarne  toutes les valeurs de A. Lange & Söhne.

 

Derrière le cadran en émail noir apparaît le mouvement partiellement squeletté et artistiquement décoré. © A. Lange & Söhne


Anthonie de Haas, Directeur du développement produits, a lui aussi insisté sur cet élément de surprise : « Nous avons voulu faire quelque chose de spécial avec la Lange 1.  La Lange 1 Tourbillon de 2000 était la deuxième édition du modèle. Nous avons décidé de la prendre comme base et d’en faire une Handwerkskunst.  Nous avons mis sur pied une petite équipe de spécialistes pour développer un cadran en émail spécifique : c’est un nouveau terrain pour nous, dans le domaine de l‘artisanat. Cela stimule et développe aussi notre savoir-faire. En outre,  comme peu de gens comprennent le terme « doppelfederhaus » inscrit sur le cadran, nous avons ouvert le dos de la montre sur les très belles finitions pour qu’ils puissent voir le double barillet de la réserve de marche étendue.  Le prix de la montre s’élève à environ  € 175,000; dans vingt ans, elle en vaudra certainement bien plus.