Tambour…  ce nom insolite pour une collection horlogère résonne pourtant  d’un double écho, technique et historique, à l’oreille d‘un spécialiste en horlogerie. Le tambour, c’est la paroi latérale du barillet - voilà pour l’explication technique - mais c’est aussi la forme et le nom des premières montres miniatures créées en Europe au début du XVIe siècle.

Des débuts tambour battant
A cette première historique répond donc la naissance horlogère de Louis Vuitton. Car Tambour est la première collection de montres de la Maison, développée en 2002 dans des ateliers nouvellement installés à La Chaux-de-Fonds, ce berceau de l’horlogerie, pas très éloigné de ce village du Jura français où naquit M. Louis Vuitton en 1821. Héritage, mémoire et savoir-faire sont des notions chères à Louis Vuitton.
Mais la création, ancrée dans un futur en marche où artisanat et technologie se partagent la vedette, ne l’est pas moins, et la richesse de la collection Tambour en témoigne. Du premier Chronographe Tambour LV277 de 2002, doté d’un mouvement automatique Zenith El Primero certifié COSC logé dans l’élégant boîtier rond emblématique de la collection aux montres de 2015, la variété des pièces, pour hommes et pour femmes,  et des mouvements est impressionnante.

Louis Vuitton

Vuitton Tambour Chronograph automatic LV277, 2002. © Louis Vuitton

Le vent en poupe
Outre Zenith, Louis Vuitton s’est associé avec les plus prestigieuses manufactures -  La Joux Perret, Dubois Dépraz - pour concevoir ses calibres estampillés LV, sans oublier La Fabrique du Temps, acquise en 2011 et intégrée dans la nouvelle unité de production Louis Vuitton inaugurée en octobre 2014 à Genève. On ne sera pas étonné de trouver plusieurs Tambour dédiées au monde nautique, Louis Vuitton organisant la Louis Vuitton Cup, épreuve préliminaire à l’America’s Cup, dont la Maison est aussi le sponsor en titre depuis cette année. La première est lancée en 2004. C’est la Tambour Louis Vuitton Cup Régate, un chronographe automatique à rattrapante avec module régate de compte à rebours développé par Dubois-Dépraz, qui connaîtra plusieurs versions jusqu’en 2007. Suivront lesTambour Régate Navy en 2010, les deux Régates America’s Cup dédiées à l’épreuve de 2013 à Dubaï, et pour les 10 ans de la collection, la Louis Vuitton Automatic Countdown. La série Tambour Spin Time, avec son mouvement exclusif qui affiche les heures sur des cubes rotatifs, naît en 2010 et sera aussi déclinée en version Régate en 2012.

Louis Vuitton

Tambour Spin Time, 2010. © Louis Vuitton

Personnalisation et raffinement
Certains modèles Tambour ont la particularité d’être personnalisables à souhait. Il en va ainsi de l’éthérée Tambour Mystérieuse (2009), qui joue sur un système de disques de saphir pour créer l’illusion d’une absence de mécanisme. Matière du boîtier, type de pierres serties, pavage du mécanisme et incrustation des initiales du client sur la masse oscillante sont autant d’éléments laissés au choix du futur propriétaire.
Les femmes aiment aussi jouer de ce Tambour-là, et les modèles qui leur sont dédiés révèlent un raffinement où la mécanique n’a rien à envier à l’esthétisme, à l’instar du Tambour Monogram Tourbillon. Affiné, le boîtier Tambour abrite un cadran de nacre et le mouvement automatique LV 80 de La Fabrique du Temps Louis Vuitton.

Louis Vuitton

Deux modèles Tambour Mystérieuse. © Louis Vuitton

Et en 2015 ?
Les modèles masculins Tambour Graphite et Tambour éVolution se déclinent en versions chronographes et GMT. Les « Graphite » intègrent une lecture du second fuseau grâce à un disque rotatif portant les heures, juxtaposé aux index, et sur lequel pointe l’aiguille pour une lecture immédiate des deux fuseaux horaires. La mappemonde dessinée au centre du cadran, tout en déclinaisons de gris, confère à cette Tambour Graphite GMT une élégance particulière. Cette voyageuse existe aussi  dans une version chronographe, également automatique et en acier.
Les trois nouvelles Tambour éVolution – GMT,  Chronographe GMT et Spin Time GMT -  arborent un boîtier en acier DLC, un cadran et un bracelet noirs, qui accentuent le côté racé et ultra-masculin de cette ligne lancée en 2013. Elles abritent des mouvements automatiques spécifiques offrant 42 heures de réserve de marche et battant à 28'800 alt/h. Le nouveau bracelet en cuir projette un effet carbone ultra-moderne alors que l’historique «V»  de la Maison est réinterprété en protége-couronne très design.

Louis Vuitton Tambour

Tambour éVolution Chronograph GMT In Black et Tambour Graphite Chronograph GMT. © Louis Vuitton

Pour les femmes, la Tambour Monogram, qui existait  déjà en 28, 33 et 35 mm, s’affine cette année pour atteindre 21 mm. Small is beautiful, mais précieux aussi, et cette miniaturisation très tendance confère à la montre un réel esprit bijou – même dans sa version en acier non serti – auquel les cadrans guillochés en nacre blanche ou opalin noir ne sont pas étrangers non plus. Cette Tambour Monogram Bijou existe également en version Rivière, entièrement sertie, et avec le même mouvement quartz.
C’est en revanche le fameux calibre automatique  LV80 qui revisite le Tambour Monogram « Sun »Tourbillon, disponible en or rose ou blanc et en versions colorées fuchsia ou bleue, rendues par les saphirs et le bracelet. Le cadran en serti neige est occupé par une grande fleur dont trois pétales sont en nacre guillochée. Le quatrième pétale correspond au tourbillon, qui porte en son coeur une autre fleur composée par les deux ponts superposés.

Louis Vuitton Tambour

Tambour Monogram Bijou Epi Coquelicot, 21 mm, et Tambour Monogram Sun Tourbillon, 38 mm. © Louis Vuitton


Cliquez sur la grande image tout en haut de la page pour voir une sélection de modèles Tambour de 2002 à 2015.