WorldTempus: Que représente pour vous ce 10e anniversaire d’Only Watch en 2015 ?

Luc Pettavino: Avant tout, une satisfaction collective d’avoir pu faire perdurer et évoluer un projet à nul autre pareil sur lequel les plus grandes marques issues de différents groupes et des indépendants se retrouvent avec plaisir. Pour 2015, nous avons déjà reçu le soutien d’une quarantaine de participants qui ont commencé à travailler sur leur pièce unique pour Only Watch. C’est un grand privilège qui permet à l’Association Monégasque contre les Myopathies de continuer à financer fortement (plusieurs millions d’euros par an) d’importants projets de recherche, principalement aux Etats-Unis, en France, à Monaco et en Suisse.

Comment s’est imposé le choix d'Aurel Bacs et de Phillips ?
Des rencontres avec Aurel Bacs et Livia Russo, des échanges téléphoniques, des convergences de points de vue, une culture de la recherche d’excellence, des valeurs communes, l’envie de travailler ensemble pour faire rayonner des créations horlogères d’exception de par le monde et de soutenir une cause altruiste. Tout ceci partagé également par l’équipe du Monaco Yacht Show qui co-organise Only Watch.

Pourquoi décaler la traditionnelle vente de septembre durant le Monaco Yacht Show à Genève en novembre ?
La semaine des ventes horlogères est synonyme de forte présence de collectionneurs à Genève. C’est une des raisons majeures du choix de cette option qui potentialise l’attrait de cette vente réunissant des pièces uniques susceptibles d’éveiller l’intérêt des passionnés d’horlogerie. Monaco a été le lieu de lancement de l’édition 2015, avec une magnifique Garden-party au palais, à l’invitation de S.A.S. Le Prince Albert II. La Principauté accueillera également la première étape du tour du monde promotionnel de la collection Only Watch 2015, avec une exposition sur le Monaco Yacht Show.
Quelles sont les marques horlogères qui n’ont loupé aucune édition depuis la première ?
J’ai de la reconnaissance pour ceux qui sont fidèles au projet. Je respecte ceux qui viennent, prennent une respiration, puis reviennent. Je salue ceux qui participent pour la première fois. Je ne blâme pas ceux qui ont d’autres projets caritatifs à soutenir. Et je remercie tout le monde sans distinction.

Quel est le pourcentage de nouvelles venues à chaque édition en moyenne ?
Il y a en moyenne 20% de nouvelles marques participantes par édition.

Quelles avancées concrètes dans la recherche a permis Only Watch depuis 2005?
L’Association Monégasque contre les Myopathies dédie la quasi-totalité de ses ressources à la recherche internationale. Le chaînage des actions depuis bientôt dix ans a été le suivant :
Nous avons d’abord réuni les experts et chercheurs lors de plusieurs tables rondes à Monaco, afin d’évaluer puis d’explorer les stratégies possibles vers les thérapeutiques : Thérapie génique ? Thérapie cellulaire ? Pharmacologie ? Saut d’exon ? Accompagnés dans nos réflexions par des chercheurs, des cliniciens, d’autres associations de patients, c’est le saut d’exon qui nous a semblé donner les meilleures chances de succès. Et grâce à Only Watch nous sommes devenus des acteurs associatifs reconnus sur la scène scientifique internationale.
1ère phase : Financement et suivi d’équipes de recherches aux travaux complémentaires. En tout, une douzaine de projets dans cinq pays - Angleterre, Etats-Unis, France, Italie, Suisse.  En résumé, un casting de chercheurs académiques/universitaires réunis dans une approche convergente sous la bannière ICE (International Collaborative Effort).
2ème phase : une nouvelle classe de molécules qui ont l’avantage de pénétrer dans tous les muscles et le cœur est mise au point par le travail conjoint d’un biologiste et d’un chimiste, je veux parler de Luis Garcia, Directeur de Recherche CNRS à l’Université de Versailles et du Professeur Christian Leumann à l’Université de Berne.
3ème phase : Afin d’en accélérer le développement en vue des essais cliniques sur l’humain, la biotech Synthena est créée en juillet 2012, dans des locaux de l’Université de Berne.
Nous avons franchi le pas de la création de cette start up, car nous sommes plus que des mécènes. Nous voulons garder le contrôle de nos actions jusqu’au médicament. La myopathie de Duchenne devrait s’appeler les myopathies de Duchenne, car les délétions (les trous) dans le gène musculaire ne sont pas aux mêmes endroits en fonction des patients et une logique purement commerciale identifierait vite les délétions les plus fréquentes, donc les plus financièrement intéressantes, et laisserait de côté tous les autres cas. Rester dans une approche compassionnelle de traitement pour le plus grand nombre de patients fait donc partie de notre exigence, de notre mission.
En regroupant les brevets et savoirs dans cette structure, nous facilitons aussi les collaborations possibles avec de grands laboratoires.
L’Association Monégasque contre les Myopathies continue en parallèle à travailler et à soutenir la recherche fondamentale au sein de structures publiques: l’équipe du biologiste Robert au National Institute of Health (Washington), l’équipe biothérapies des maladies du système neuromusculaire de Luis Garcia à l’Université de Versailles, et depuis octobre le nouveau laboratoire sur les handicaps locomoteurs qu’accueille le Centre Scientifique de Monaco, avec l’appui bienveillant et la validation de S.A.S. Le Prince Albert II.
Nous sommes aujourd’hui aux portes de la clinique. Dans la phase des études de toxicité. Objectivement, grâce à Only Watch, le chemin parcouru est plus qu’honorable. En tous les cas, nous donnons notre pleine mesure pour qu’il en soit ainsi et que l’espoir perdure.