Vétéran de l’industrie, Tristan Boyer de Bouillane a passé de nombreuses années dans l’horlogerie. Il a travaillé notamment prendant huit ans chez Charriol et chez les marques haut-de-gamme Daniel Roth et Gérald Genta pendant dix années, avant  que ces dernières ne soient finalement intégrées totalement au sein de la division horlogerie de Bulgari.

Jusqu’à présent, un des piliers de la communication de Perrelet était son héritage contesté d’inventeur du mouvement automatique. Tristan Boyer de Bouillane, qui  reconnaît  que cette affirmation est discutée,  cherche donc à redéfinir le positionnement de Perrelet en tant que « marque horlogère possédant ses propres mouvements, sans être de la haute horlogerie ».  Le nouveau patron laisse entendre que Perrelet pourrait élargir la portée de son offre.

Le premier fondement de la nouvelle stratégie de la marque est l’usage exclusif de mouvements maison produits par MHVJ (Manufacture Horlogère de la Vallée de Joux) sur la base de mouvements Soprod. Comme Perrelet, MHVJ et Soprod sont des filiales de H1 Festina Group Switzerland,  branche suisse du conglomérat horloger espagnol qui produit quelque 4,5 millions de montres par année et génère 237 millions d’euros de ventes.

Tous les modèles mécaniques de la collection 2015 de Perrelet  utiliseront donc un mouvement maison. « Je n’écarte pas les mouvement à quartz » précise Tristant Boyer de Bouillane, « mais ceux-ci doivent être intelligents ». La gamme de prix de cette nouvelle collection s’étend de 2500 à 8000 francs suisses.

Les pales caractéristiques du rotor de la Turbine de Perrelet demeurent une des pierres angulaires de la nouvelle collection. Cependant, le directeur a sa petite idée sur l’évolution de cette ligne. « La Turbine doit devenir fonctionnelle, par exemple pour armer une réserve de marche », dit-il. « Le dernier ajout de la collection, lancé en amont de Baselworld 2015, est la Turbine Skeleton.  Bien que non fonctionnelle en soi,  la turbine en aluminium de ce modèle combine l’élément ludique de l’effet rotatif avec une plongée visuelle au cœur du mouvement. En effet, lorsque les pales atteignent une certaine vitesse,  elles laissent voir le mouvement squelette dans toute sa splendeur.

 

Perrelet-Turbine-Skeleton-A1082_1A.jpg

Turbine Skeleton réf.A1082. © Perrelet

La Turbine Skeleton arbore un boîtier de 44mm de diamètre, disponible en acier, en acier avec traitement PVD noir, ou paré d’une lunette en or rose 4N.  Le réhaut garantit une lisibilité optimale grâce aux chiffres arabes et aux index luminescents.  Les aiguilles des heures et des minutes sont recouvertes de SuperLuminova alors que celle des secondes, de couleur rouge, se découpe distinctement sur le fond. Les garde-temps de la gamme Turbine Skeleton sont accompagnés de bracelets noirs en bi-matière innovante : cuir de veau et coeur en polyuréthane pour garantir une ergonomie et un confort au poignet, ou caoutchouc noir pour une allure sportive.