Née en 1881, Seiko est la plus ancienne marque horlogère au Japon et l’une des plus anciennes de toute l’industrie. La compagnie, fondée par Kintaro Hattori, était à l’origine une petite échoppe de montres et de bijoux dans le quartier de Ginza à Tokyo. Puis elle s’est naturellement tournée vers la fabrication d’horloges et de montres. Tôt établie comme manufacture de montres mécaniques de qualité supérieure, Seiko a présenté la première montre à quartz en 1969, transformant à jamais l’industrie horlogère.

Seiko s’est concentrée au niveau mondial sur le quartz et la cinétique, tout en continuant à produire des montres mécaniques de haute horlogerie principalement pour le marché national japonais sous le nom de Grand Seiko et Credor. Aujourd’hui, Credor est surtout vendue au Japon, ainsi que dans quelques autres points de vente en Asie. Credor n’est commercialisée ni en Europe ni aux Etats-Unis.

Seiko présente une gamme complète de montres couvrant les quatre technologies utilisées par la marque : mécanique, quartz, cinétique et Spring Drive (entraînement par ressort).

 

Seiko Astron Novak Djokovic

Le tennisman Novak Djokovic est un ambassadeur pour la marque japonaise. © Seiko

 

Japonaise, pas suisse
Bien qu’ayant beaucoup appris des Suisses – le fondateur a effectué plusieurs voyages en terre helvète – Seiko est purement japonaise. Il n’existe pas de tradition de petits ateliers d’horlogerie au Japon, Seiko ne pouvait donc pas s’appuyer sur un réseau comme celui dont disposent les Suisses pour se fournir en composants spéciaux. C’est pourquoi Seiko a dû tout faire seule, à l’interne. Elle est par conséquent l’une des rares entreprises verticalement intégrée dans l’industrie horlogère mondiale. Seiko fabrique quasiment chaque élément de ses montres mécaniques, y compris le ressort moteur et le spiral.

 

« Les gens pensent que Seiko est une entreprise moderne et beaucoup ignorent qu’elle a 133 ans, » Shinji Hattori.

 

La qualité est la priorité dans tout ce que Seiko fabrique, et cela transparaît à chaque étape de la production. En outre, contrairement à beaucoup d’autres compagnies, Seiko ne s’est pas limitée à une technologie en particulier. Lorsqu’elle a compris, par exemple, le potentiel du GPS en horlogerie, elle s’y est consacrée pleinement en engageant les ressources nécessaires. Le résultat ? La révolutionnaire Seiko Astron. Mais Seiko dispose également de modèles de haute horlogerie qui n’ont rien à envier aux montres suisses. Cet ample éventail de technologies est relativement inusuel dans l’industrie horlogère. 

Avenir
Seiko est soutenue par l’une des plus grandes entreprises de l’industrie horlogère, son avenir est donc assuré. Même si ses montres à quartz figurent déjà dans le haut de gamme, c’est dans le domaine mécanique que le travail le plus intéressant peut être effectué, et Seiko estime à juste titre que son expertise des montres mécaniques fait partie de son ADN.

En 1998, Seiko a introduit le Spring Drive, une innovation mécanique très bien accueillie partout dans le monde. Seiko a l’aptitude et la capacité de production pour laisser son empreinte sur les montres mécaniques. Pour l’industrie horlogère, c’est une bonne nouvelle que Seiko se trouve en entrée de gamme du marché mécanique, parce que l’entreprise est si grande qu’elle peut faire connaître les montres mécaniques très largement. Seiko distribue maintenant ses montres mécaniques en dehors des marchés asiatiques avec les collections Grand Seiko et Ananta, le reste de l’industrie horlogère ferait bien d’en prendre bonne note.

 

Shinji Hattori, president and CEO of Seiko Worldwide

Shinji Hattori, président et CEO de Seiko Worldwide © Seiko

Le PDG de Seiko est Shinji Hattori, arrière-petit-fils du fondateur Kintaro Hattori. Penseur moderne et novateur, Hattori veut tirer profit du passé de Seiko tout en avançant vers l’avenir. « Les gens pensent que Seiko est une entreprise moderne et beaucoup ignorent qu’elle a 133 ans, explique-t-il. Lorsque nous avons commencé à fabriquer des montres, elles étaient toutes mécaniques. Dans les années 1960 nous avons inventé le quartz et nous sommes devenus leaders dans ce domaine également. Mais nous sommes allés plus loin et nous avons cherché à inventer de nouvelles technologies qui combineraient à la fois l’horlogerie mécanique et électronique, et le résultat est la Kinetic, la Spring Drive et la GPS Solaire, et tout cela est produit à l’interne. Notre histoire a créé notre présent. En étant à la pointe, nous sommes devenus une entreprise disposant d’une maîtrise unique dans tous les domaines de l’horlogerie. En ce sens, nous utilisons notre passé pour créer notre avenir. »