Qu’avez-vous préparé de nouveau pour ce SIHH 2014?
L’édition 2014 se situe dans la ligne des années précédentes, avec le même périmètre d’exposants. Mais nous présentons des aménagements nouveaux. En particulier, nous avons redessiné l’entrée du salon. Le succès aidant, il nous fallait faciliter en l’accès. Nous inaugurons également un nouveau partenariat avec les Transports Publics Genevois. Ils mettent à notre disposition des bus flambant neufs, siglés SIHH. Ils circuleront entre le salon et les hôtels, sur les voies de bus, ce qui va accélérer la circulation. Et enfin, nous disposons  de zones de restauration agrandies. Nous avons créé deux nouveaux restaurants pour accueillir plus de monde aux heures de déjeuner.
 

Quel est le thème de l’exposition temporaire de cette édition ?
Le volant culturel de la Fondation de la Haute Horlogerie présente une nouvelle exposition : « Horlogerie, fille de l’astronomie ». Elle se concentre sur ces moments de l’Histoire où la mesure du temps se lie aux astres. Nous présentons des inventions qui ont jalonné la passation entre astronomie et horlogerie, à travers des zones thématiques qui s’intéressent à la terre, la lune, l’univers…

 

Disposerez-vous encore d’un espace détente ?
Ce n’est pas notre service le plus connu.... La société qui offrait cette prestation n’a pas pu répondre présent cette année. Mais si nous nous apercevons que cela manque, nous le referons.

 

Quelles sont les marques exposantes ?
Le périmètre est stable depuis deux ans maintenant et le départ de Girard-Perregaux et Jean Richard. C’est la volonté du Comité des Exposants, qui est le décideur de la stratégie du salon et pour le compte duquel la FHH l’organise, que ce périmètre perdure.

 

L’organisation spatiale du salon va-t-elle être modifiée ?
La répartition des espaces est arrêtée. Les maisons sont libres de changer l’intérieur de leurs stands et elles ne s’en privent pas. Le concept esthétique est prévu pour que le décor offre une uniformité qui permet à chaque marque d’exprimer son originalité. Ce qui n’est pas facile. Mais en 2015, nous arriverons avec un nouveau visage.

 

IWC-SIHH 2014

Ambiance aquatique au stand IWC, SIHH 2014 © WorldTempus /Michèle Brunner

 

Quelle fréquentation attendez-vous en 2014 ?
Les chiffres sont très stables d’une année sur l’autre. En 2013, nous avons eu 13 000 visiteurs, et la hausse ne dépasse pas les 2, 3%. Comme il s’agit d’un salon privé, sur invitation, la fréquentation comme le périmètre des détaillants et journalistes change peu.

 

N’y a–t-il pas moins de points de vente à travers la planète ?
Il s’en ouvre tous les jours en Asie, par exemple. Mais si c’est bien le cas, c’est compensé par l’augmentation du staff des boutiques de marques et par ce que nous appelons les guests. Cette appellation regroupe des people, des diplomates, des hommes politiques et aussi des clients VIP, directement invités par les marques et qui sont en augmentation. Les maisons tiennent à montrer leurs collections très en amont à certains clients, et pas forcément les plus gros collectionneurs.

 

En 2013, la FHH a organisé un second salon horloger, Watches and Wonders, à Hong Kong. Pourquoi ne pas l’avoir lancé sous la marque SIHH ?
Watches and Wonders est une initiative du comité des exposants du SIHH, qui a souhaité créer un nouvel événement, à destination des clients finaux d’Asie. Cela fait deux grandes différences avec le SIHH. Ces clients sont curieux de ce que nous faisons, mais il n’est pas simple pour eux d’avoir accès à ce qu’il y a derrière les marques et leurs savoir-faire. Nous avons donc été les voir, chez eux. Mais le SIHH reste un salon professionnel alors que Watches And Wonders est un salon ouvert au public. Dans le premier, les détaillants sont des clients. Dans le second, ce sont des partenaires qui invitent leurs clients.

 

Pouvez-vous nous donner quelques chiffres qui résument le salon ?
Il est ouvert pendant 5 jours, mesure 30 000 m² et nécessite 23 jours de montage. Le démontage dure 9 jours et l’ensemble nécessite 600 à 700 ouvriers de tous corps de métier. Une fois démonté, le salon est stocké dans nos entrepôts et il occupe 10 000 m². Et l’année suivante, nous le déballons à nouveau.
 

SIHH 2014

© SIHH