Ce sera la pierre fondatrice du mandat de Stéphane Linder, nouveau CEO de TAG Heuer : la création du premier calibre manufacturé de la marque. Certes, le chantier avait débuté il y a deux ans, mais sa concrétisation est essentiellement un acte d’avenir, un acte pour la postérité horlogère de la maison.
A terme, le nouveau calibre 1969 sera l’un des deux piliers de TAG Heuer, avec le 1887. Conjointement, ils formeront 20% des chronographes réalisés par la marque, dès 2016. Et cette proportion ira crescendo, puisque TAG Heuer vise l’intégration totale. Et devrait donc devenir, à moyen terme, le premier fabricant suisse de chronographes !

Le calibre 1969 va donc avoir une lourde responsabilité dans l’avenir de la marque. Il a d’ailleurs été pensé, conçu, pour pouvoir être le plus flexible possible. Techniquement, sa conception par modules additionnels lui permettra de changer de visage selon les complications qu’on lui affectera. Esthétiquement, son faible encombrement et son épaisseur réduite (6,5 mm) lui permettront de se fondre dans des collections qui ne seront pas nécessairement les chronographes masculins qui ont fait la réputation de la marque. Pratiquement, avec près de 80 heures de réserve de marche, il s’installera confortablement au premier rang des pièces dotées d’une très grande autonomie. Encore aujourd’hui, l’immense majorité des chronographes actuels arrive à peine à la moitié !

 

TAG-Heuer-calibre-1969

Le Calibre 1969 de TAG Heuer est conçu de manière modulaire de manière à être flexible et pouvoir supporter différentes complications et architectures. © TAG Heuer


Nouveau calibre, nouvel écrin

Même s’il comporte près de 450 personnes, dont la plus grande partie à la production, le site de La Chaux-de-Fonds était devenu trop étroit pour contenir les ambitions de TAG Heuer. Aussi, la marque a inauguré il y a quelques semaines une nouvelle unité à Chevenez. Elle sera, elle, purement dédiée à la production.

Toutefois, TAG Heuer continuera de faire appel à ses partenaires de longue date. Certains sont d’ailleurs des cousins, appartenant au même groupe. C’est le cas d’Artecad, qui va produire une grande partie des cadrans des futurs garde-temps sur base du calibre 1969. Même intégrée au groupe, Artecad garde toutefois la liberté de travailler pour des entités externes : c’est, pour TAG Heuer, la garantie d’avoir des partenaires ouverts, qui s’enrichissent continuellement de nouveaux acquis, de nouvelles expertises.

Les cadrans des pièces conçues sur la base du 1969 sont d’ailleurs une composante essentielle de la stratégie de TAG Heuer pour l’avenir. Alors que le calibre 1887 proposait un agencement de compteurs en 12/3/6 (les cadrans de compteurs étaient positionnés à midi, 3 heures et 6 heures), le 1969 propose une architecture tri-compax en 3/6/9.

L’amateur éclairé y verra une référence explicite aux chronographes historiques de la marque. Ce n’est d’ailleurs rien d’autre que cette histoire que le nom du nouveau convoque : 1969 est l’année de sortie du premier calibre fondateur de TAG Heuer, le mythique Calibre 11, qui a donné son envol à la Monaco. Aujourd’hui, le Calibre 1969 permettra de retrouver l’esthétique qui a façonné la légende de la marque. Ce sera aussi une excellente alternative, en termes de design, au calibre 1887.
 

TAG-Heuer-QUALITY-CONTROL

Tous les calibres signés TAG Heuer sont individuellement testés. Le 1969 affichera une réserve de marche de près de 80 heures. © TAG Heuer


Une année haute en couleurs

Pour TAG Heuer, l’année 2013 risque donc de revêtir autant d’importance, dans son histoire, que l’année 1969. L’avenir en sera seul juge. Mais d’ores et déjà, la marque annonce une année 2’14 haute en couleurs, comme le signe l’identité visuelle adoptée pour les fêtes de fin d’année. On y voit un mouvement s’assembler sur fond de lumière, avec cette ligne directrice clairement affichée : « The art of manufacturing ».

Plus que jamais, TAG Heuer se veut être une maison intégrée, respectueuse de son passé, mais également tournée vers l’avenir. Elle continuera d’ailleurs à explorer ce dernier, grâce à sa R&D, à l’origine des développements chronométriques les plus fulgurants du siècle passé.