Maria, vous êtes venue pour TAG Heuer, pour promouvoir votre association, pour parler de Roland-Garros. Nous n'allons parler de rien de tout cela.
What ? Mais qui êtes-vous ? (rires)

Un ami qui vous veut du bien. Qu'est-ce qui vous met systématiquement en retard, Maria ?
Toujours la même chose, depuis que je suis enfant : mes clés. Je passe mon temps à les chercher. A ma décharge, je passe aussi mon temps à changer de ville, d'hôtel. Je perds tout le temps leurs clés magnétiques. Cela dit, le format ne change rien, puisque je perds aussi les clés de chez moi...

Michael Chang (entraîneur de Kei Nishikori), Maria Sharapova (numéro 2 mondiale) et Kei Nishikori (numéro 5 mondial). © Olivier Müller / Delos Communications

Votre confrère Rafael Nadal joue avec sa montre. TAG Heuer serait probablement heureux que vous fassiez de même, non ?
Je pense, mais en match, j'essaie d'éliminer tout ce qui peut dévier mon attention de mon jeu. Montre, bracelets, collier, etc. : j'essaie d'être la plus minimaliste possible, avec tout au plus une paire de boucles d'oreilles.

Vous n'avez jamais joué avec votre Formula 1 ?
Si, cela m'est arrivé.

Elle a explosé en vol ?
Même pas ! Elle est légère et résistante, très discrète. Je peux la porter en toutes circonstances. Mais sur le cours, je préfère éviter.

TAG-Heuer-Sharapova

Les trois athlètes se sont réunis au profit de l’association Théodora, qui apporte du rire aux enfants hospitalisés. © Olivier Müller / Delos Communications

Quelles sont les heures que vous préférez dans la journée ?
Il y en a deux, le réveil et la fin de journée, le 'tea time', vers 17h. Avec quelques friandises, si possible !

Vous savez que vous êtes probablement la seule personne sur Terre à aimer plus que tout l'heure...de son réveil ?
Ca, je ne sais pas ! Mais pour moi, c'est avant tout une heure de calme, à mon rythme. Je me lève progressivement, je me fais mon café. C'est aussi le moment où je m'occupe de mes réseaux sociaux. J'adore me réveiller !

Combien de temps vous faut-il pour craquer sous la pression ? Dans 15 jours, vous remettez en compétition votre précédent sacre à Roland Garros...
Comme TAG Heuer : jamais ! Heureusement, d'ailleurs, à défaut je ne pourrais pas faire ce métier. Jusqu'à présent, cela ne m'est pas arrivé. En fait, j'espère ne jamais le savoir. Mais qui sait, un jour, peut-être...

TAG-Heuer-Sharapova3.jpg

Match sur cibles devant la boutique TAG Heuer des Champs Elysées...et devant quelques centaines de badauds ! © TAG Heuer / Julio Piatti

Si vous aviez une heure à partager avec la personne de votre choix, de ce monde ou d'ailleurs, qui serait-elle ?
C'est une question difficile. Il y a tellement de personnes possibles... Ma mère, je pense (qui ne quitte presque jamais sa Russie natale et fuit l’agitation des tournois de Maria, ndlr).

Et  un siècle durant lequel vous auriez aimé vivre ?
Celui-ci, sans hésitation. Je m'y sens bien, j'aime ce qu'il me procure.

TAG-Heuer-Sharapova4

L’ambassadrice de charme de TAG Heuer s’est prêtée sans rechigner aux très nombreuses sollicitations de ses fans et des médias. © TAG Heuer / Julio Piatti