Après le coup de tonnerre dans le ciel horloger lorsque retentit la nomination de Jean-Frédéric Dufour en tant que nouveau directeur général de Rolex (voir notre article du 15 avril), concours de pronostic, rumeurs et suspens allaient bon train pour savoir qui lui succèderait chez Zenith. Fin du suspens depuis ce weekend. Pressenti parmi les papables du sérail de Jean-Claude Biver, le patron de la branche horlogère du groupe LVMH à qui appartient la marque Zenith, Aldo Magada nous a confirmé vendredi 2 mai qu’il avait accepté de quitter l’escadrille Breitling pour rejoindre l’étoile Zenith. Ses atouts ? Management, marketing, organisation, produit, stratégie et vente, parallèlement à la connaissance de la Chine et des Etats Unis, deux marchés incontournables.

Aldo Magada

Aldo Magada

Décrit par ses proches et amis de longue date comme un homme agréable, pragmatique et dynamique, « qui ne change pas », Aldo Magada a pourtant changé de registre et de secteurs géographiques à de nombreuses reprises, enrichissant d’autant son expérience. Diplômé d’HEC Lausanne et de l’University of California à San Diego, il s’est montré convaincant à la fois en tant qu’entrepreneur et tout au long de sa carrière de manager.

Formé par le groupe Richemont en tant que Watch & Jewelery Products Manager de Piaget International au début des années 1990s, il est devenu Vice-President Marketing d’Omega où il a travaillé avec Jean-Claude Biver, avant de s’occuper du marketing et des ventes d’Ebel.

Le tournant du 3e millénaire a rimé pour lui avec Gucci, dont il a pris les rênes en tant que CEO. Il s’est  lancé ensuite dans le conseil de marques actives dans les produits de luxe, telles que Technomarine, avant de se voir proposer la direction de Reuge, puis de Badollet. Il a  alors crée en 2009 sa société de conseil Troubleshooting Management à laquelle Breitling a fait appel, notamment pour développer les ventes en Chine, avant de le nommer International Director of Sales & Business Development.