BALL Watch a axé depuis plusieurs années sa stratégie de recherche et développement sur une protection accrue des montres mécaniques contre les champs magnétiques. Un bref contact avec un aimant artificiel peut suffir à magnétiser un mouvement automatique et à provoquer l’arrêt complet du mécanisme. Selon les normes admises dans l’horlogerie, une montre automatique peut être réputée « antimagnétique » dès lors que la marche de son mouvement résiste à un champ magnétique d’au moins 4'800 A/m sans que sa précision n’en soit affectée par la suite de plus de 30 secondes par jour.

Développé et breveté par BALL Watch, le système A-PROOF® est une approche complètement inédite dans la sécurisation d’un mouvement mécanique. En effet, la préservation de la marche d’un calibre horloger nécessite d’enfermer celui-ci dans un habillage qui le mette à l’abri de l’influence de champs magnétiques. BALL Watch équipe ses modèles antimagnétiques avec des boîtiers spécialement construits en acier inoxydable résistant à la corrosion de ferrite. Jusqu’à présent, l’habillage antimagnétique se présentait sous la forme d’une construction intérieure en fer doux composée d’une plaque arrière et d’un anneau entourant le mouvement ainsi que le cadran. Le fer doux, renforcé par la forme du boîtier intérieur, canalise les champs magnétiques et les empêche de pénétrer le mouvement. Ce procédé a permis de conférer aux garde-temps BALL les plus aboutis une protection antimagnétique garantie jusqu’à 12'000 A/m.

 

Ball-watch-Engineer--II-Magneto-S-2

La Engineer II Magneto S est le premier garde-temps BALL équipé du dispositif révolutionnaire A-PROOF®. © Ball Watch

 

Le dispositif A-PROOF® repose à la fois sur un développement de pointe en termes de matériau et de construction. BALL Watch a sélectionné le mumétal pour l’élaboration de son nouveau dispositif de protection antimagnétique. Le mumétal est un alliage de nickel, de fer, de cuivre et de molybdène qui présente d’une très haute perméabilité magnétique qui lui permet d'attirer et de dévier les lignes de champs magnétiques statiques ou à basse fréquence.

De plus, les ingénieurs de BALL Watch Company ont voulu s’affranchir de l’emprisonnement constant du mouvement dans une cage de protection antimagnétique qui empêche de rendre visible le mécanisme de la montre. La solution: un mécanisme de diaphragme qui se déploie ou se rétracte à volonté par simple mouvement circulaire de la lunette. En position complètement fermée, le diaphragme verrouille la cage de protection antimagnétique en mumétal. En position rétractée, le diaphragme peut s’effacer afin d’admirer le mouvement en marche au travers du fond transparent de la Engineer II Magneto S.

 

Ball-watch-Engineer--II-Magneto-S-3

Le mumétal permet de protéger une montre mécanique contre des champs magnétiques jusqu’à une intensité record de 80'000 A/m. © Ball Watch

 

La Engineer II Magneto S affiche un look puissant et percutant son boîtier en acier inoxydable de 42mm pour une hauteur de 12.5mm, son cadran noir sobre et son réhaut vert, couleur institutionnelle de la marque BALL, et sa lunette ciselée.

La montre est animée par le calibre BALL RR1103-CSL à remontage automatique, de fabrication suisse, certifié COSC. La Engineer II Magneto S est équipée du système breveté SpringLOCK® de BALL qui garantit la précision du mouvement en fonctionnement en cas d’impact d’un choc conséquent.

La lecture aisée d’un garde-temps, de jour comme de nuit, est également l’un des fers de lance de BALL Watch. Pour cela, BALL Watch utilise sur tous ses modèles une technologie suisse de pointe consistant en la capture de gaz luminescent H3 dans des micro-tubes de verre. Ces micro-tubes sont ensuite rapportés sur le cadran et les aiguilles de la montre. Cette technologie est jusqu’à cent fois plus intense que les autres procédés luminescents communément utilisés dans l’industrie horlogère.

Une couronne visée, une glace en saphir antireflets, une étanchéité garantie jusqu’à 100 mètres et une résistance aux chocs jusqu’à 5'000 Gs complètent les attributs de cette montre.