Bedat & Co est une marque exclusivement féminine. Quelles sont les contraintes auxquelles vous êtes exposés en termes de créativité ? Et quelle plus-value pouvez-vous apportez par rapport à une marque qui propose des modèles
mixtes ?

Historiquement, les marques horlogères ont toujours approché la notion de design horloger en partant du mouvement et de l’habillage du mouvement. Et, de fait, les horlogers ont vite été contraints, pour des questions de taille, de s’adresser à une clientèle masculine. Aujourd’hui, pour un grand nombre de marques, 90% des ventes se font sur des montres masculines. Dessiner pour un homme ou pour une femme est très différent, ce n’est pas la même tournure d’esprit. Et dire que « l’homme vient de Mars et la femme de Vénus » n’est pas qu’une simple réflexion. Chez Bedat & Co, la femme est au cœur de la réflexion, de la création, elle n’est pas un satellite. Nous tenons compte de toutes les facettes des femmes. Les célibataires, celles qui ont une activité professionnelle, des enfants… Il ne suffit pas de mettre des diamants sur une montre pour en faire un modèle féminin. C’est beaucoup plus complexe que cela.

Les goûts des femmes ont-ils changé ces dernières années ?

Plus que l’évolution des goûts, c’est le statut des femmes qui a changé. Le rouleau compresseur de la pub, le développement d’internet a permis une accessibilité intellectuelle à une certaine démarche esthétique. Plus précisément, à propos des tendances, on peut dire qu’on a passé la mode du bling bling dans les pays émergeants. On va vers des choses plus low key, plus pratiques, plus confortables, avec des matériaux très recherchés mais qui ne tapent pas à l’œil. Le glamour de l’achat, de l’acte d’acquisition n’a cependant pas changé.

 

Bedat & CO Réf 828.040

Réf 828.040 © Bedat & CO

 

Sur quelle thématique avez-vous axé votre travail cette année ?

Au niveau de l’architecture, on a fait du Bedat & Co ! Les fondateurs de la maison étaient très attachés à la période Art Déco et nous voulions rester nous-même, faire quelque chose qui soit en lien avec notre culture. Après avoir fait des recherches, je suis tombé sur des ornements de table en fer forgé de l’artiste Art Déco Paul Kiss. On y retrouve les volutes qui sont voluptueuses comme une fleur… ou une femme.

Les montres Bedat & Co sont majoritairement équipées de mouvement quartz. A votre avis, les femmes s’intéressent-elles encore en premier lieu à l’esthétique avant de regarder l’aspect mécanique ?

Nos montres sont ainsi car elles suivent la réalité du marché. Il y a ce dont la presse parle : la mécanique, le mystère, l’innovation. Et il y a la demande du marché. En Amérique du Nord, on se retrouve à 90% de quartz.

Parmi les nouveautés 2014, quels sont vos coups de cœur ?

Pour résumer, nous avons développé trois segments. Le premier présente des arabesques en décalques tridimensionnelles imprimées sur la N°3 ref 384 et la N°8 ref 827. Les volumes, les ombres portées, les couleurs et les reliefs se détachent des cadrans laqués bleu clair, opalin brossé ou en nacre blanche qui sont d’ailleurs sertis de diamants. Pour le deuxième segment, sur la N°8 ref 828 et la N°3 ref 316, nous avons travaillé avec des arabesques en appliques. Enfin, l’Extravaganza présente un cadran gravé à la main dans lequel s’intègre un émail Grand Feu exécuté à la main. J’aime beaucoup le côté architectural des références 828 et 316. Mais, en terme purement horloger, je suis particulièrement fier de ce que nous avons réalisé avec l’Extravaganza.

 

Bedat & CO Réf 316.430

Réf 316.430 © Bedat & CO