Il y a dix ans, David Zanetta et Denis Flageollet portaient leur soutien au projet Only Watch, vente aux enchères sous le haut-patronat du Prince Albert II de Monaco au profit de la recherche sur la myopathie de Duchenne, et créèrent la première DBS, une pièce de haute technicité au design novateur.

En 2005, la DBS posait les jalons de ce qui est maintenant l’un des laboratoires de recherche et développement les plus innovants et créatifs de l’horlogerie. Les jeunes ingénieurs sous la direction de Denis Flageollet sont à l’origine de quelques développements inédits, premières mondiales et de la dizaine de brevets déposés par la manufacture depuis sa création en 2002.

La DBS pièce unique 2015, reprend quelques éléments du design caractéristique de la DBS mais s’enrichit de dix années d’innovations techniques.

© De Bethune

En effet, le boîtier en or gris témoigne du point de départ d’une réflexion engagée par les fondateurs de la marque, sur le confort au porter d’une montre bracelet et signe le début d’un travail fouillé sur une esthétique fonctionnelle propre à la Maison. Les cornes inférieures en formes d’ogives combinées à la couronne positionnée à 12 heures, sont autant de détails qui contrebalancent le diamètre presque imposant de la pièce - 45 mm dans sa partie la plus large.

Pour poursuivre cette démarche, une plaque d’or pivotante faisant le lien entre le brin supérieur du bracelet et la carrure, il s’agissait de l’ancêtre de ce qu’on appellera quelques années plus tard les berceaux mobiles – système breveté qui s’adaptent à la taille et aux mouvement du poignet grâce à leur effet ressorts.

Le calibre DB2115 qui équipe cette pièce unique illustre le savoir-faire et l’ingéniosité de cette grande petite maison indépendante par de belles innovations telles que le double barillet auto-régulateur à l’origine d’une autonomie de 6 jours de réserve de marche ou encore le couple balancier silicium/or gris et son spiral à courbe terminale plate qui assure un rapport masse/inertie idéal pour une fréquence optimale de 28 800 A/h adaptée aux montres bracelet.

Le cadran, fenêtre sur le calibre révèle une infinité de détails aussi techniques que subtilement décorés. Le balancier annulaire en silicium à 6 h est tenu par un pont annulaire en titane grainé. Comme en suspension, il se détache des ponts deltoïques anthracites et définit une zone de lecture de l’heure par la présence d’indicateurs sphériques en acier poli main et bleui selon la technique séculaire du bleuissage à la flamme.

© De Bethune

Clin d’oeil à la Principauté Monégasque, une touche de rouge à 6 et 12 heures se mêle au bleu des indicateurs et des aiguilles très affutées. L’architecture de ce cadran aux effets de brillance multiples appliqués aux divers matériaux ; poli miroir de l’acier, ruthénium des côtes De Bethune et, finitions argentés du tour des minutes, est construite autour de la haute technicité du mouvement qui explore les compétences techniques et artistiques de la manufacture et célèbre dix année d’exclusivité, d’excellence et de beauté.