« Le temps ne respecte pas se qui se fait sans lui », écrivait Paul Morand. Bovet est bien placé pour le savoir. Parce qu’avant de pouvoir récolter les fruits du travail patient des horlogers et des artisans de la maison, il aura fallu attendre de longs mois. Voire plutôt de longues années pour qu’arrivent enfin à maturation les garde-temps qui constituent le nouveau millésime 2014. Et, surtout, le tout nouveau calibre entièrement manufacturé en interne. Le Calibre Spécialité Horlogère Virtuoso 2 – c’est son nom – est bien plus qu’un nouveau calibre. Dans le sillage du mouvement tourbillon présenté par Bovet en 2006, ce bijou mécanique dont le développement a nécessité pas moins de huit années de travail a vocation à équiper une grande partie de la collection Bovet. Une raison pour laquelle il a été étudié pour répondre aux spécificités des garde-temps de la maison, notamment la réversibilité. Le premier modèle à abriter le Virtuoso 2 est la Recital 12 dans laquelle il a été emboité à l’envers pour mieux révéler le niveau très élevé des finitions et de sa technicité. La nouvelle Récital 15, qui couple avec maestria heure sautante et minute rétrograde, accueille également le Virtuoso 2 mais, cette fois, avec cinq jours de réserve de marche au lieu des sept jours dont dispose la Récital 12.

 

Bovet_Dimier-Recital-15

Dimier Récital 15 © Bovet

Bovet_Dimier-Recital-12

Dimier Récital 12 © Bov

 

Verticalisation, féminité et complications
Si l’année 2014 marque un cap dans la volonté de verticaliser la production, elle voit aussi la concrétisation de plusieurs projets horlogers d’envergure. D’une part, le renforcement de l’offre féminine initié il y a trois ans avec deux gracieuses déclinaisons de l’Amadeo Fleurier dans un diamètre de 36mm. Baptisée Miss Audrey, cette nouvelle montre est proposée en acier serti dans un diamètre de 36mm avec des cadrans turquoise ou « purple light » (photo en haut de page).

Dans un tout autre registre, Bovet persiste et signe avec Pininfarina dont le partenariat donne cette année naissance au chronographe à rattrapante Sergio, du nom du fils du fondateur du célèbre bureau de design italien. Inspirée de la concept « car » Ferrari réalisée en 2013 par Pininfarina pour célébrer son 80e anniversaire, la Sergio proposée en édition limitée de 250 exemplaires en reprend les principaux codes esthétiques tandis que son mouvement mécanique à remontage automatique assure une parfaite chronométrie.

 

Bovet_SERGIO

Sergio. © Bovet

 

L'année 2014 rime aussi avec complications. Bovet dévoile ainsi le garde-temps le plus compliqué de son histoire moderne. L'Amadeo Fleurier Tourbillon Virtuoso III combine un tourbillon 5 jours et un quantième perpétuel rétrograde. Pièce maîtresse des nouveautés Bovet, ce bijou mécanique a la particularité de présenter une extrême lisibilité tout en garantissant espace et transparence au tourbillon.  Pour ce faire, il était nécessaire d'opter pour un affichage rétrograde de l'heure et de la minute. Le quantième s'affiche quant à lui clairement à l'aide de deux disques transparents disposés à 3h et 9h.

Un concentré d'inventivité couplé à des finitions extrêmement soignées que Bovet propose en 39 exemplaires, en or rouge ou en or gris.

 

Bovet_Amadeo-Fleurier-Tourbillon-Virtuoso-III

Amadeo Fleurier Tourbillon Virtuoso III. © Bovet