Pour créer cette pièce d’exception, les horlogers et ingénieurs de Breguet ont fait table rase des méthodes habituelles afin de concevoir leur garde-temps autour du son. A l’aide de simulations, ils ont tout d’abord synthétisé une centaine de milliers de sons qu’ils ont ensuite classés en sous-familles selon des critères psycho-acoustiques. Ces sons ont été écoutés et évalués afin d’identifier les deux tonalités souhaitées dans le but de révolutionner la perception acoustique : modernité de l’harmonie et de l’accordage. La construction du garde-temps s’est ensuite effectuée en visant la transcription mécanique du son désiré. Cette démarche inédite a défini le choix de chaque aspect du garde-temps, des innovations intégrées à la forme des composants, des matériaux utilisés à l’esthétique. Les codes identitaires de la maison ont donc été soigneusement évalués afin qu’ils n’interfèrent pas avec la pureté des sons choisis.

Inventés en 1783 par Abraham-Louis Breguet, les ressorts-timbres, composants essentiels à la répétition minutes, ont été entièrement retravaillés et fixés à la lunette afin d’optimiser le transfert vibratoire. La glace rayonnante a été ici remplacée par une lunette rayonnante vissée dans la carrure à l’aide de trois piliers permettant de laisser vibrer librement la lunette et la glace. De cette innovation découle un meilleur rayonnement du son et en particulier de ses basses fréquences. Alors que les éléments d’habillage propagent en général surtout des fréquences élevées, la lunette rayonnante fournit un spectre plus large avec plusieurs fréquences inférieures à 4000 Hz.

Breguet - Tradition Répétition Minute Tourbillon 7087

Tradition Répétition Minute Tourbillon 7087 (ref. 7087BR/G1/9XV). © Breguet

Cette Breguet Tradition 7087 possède des marteaux frappant les timbres de manière verticale, depuis le mouvement vers la lunette. Grâce à ce procédé, la vibration mécanique se transforme très efficacement en rayonnement sonore. Les marteaux ont fait l’objet d’une innovation supplémentaire dont le brevet a été déposé : un amortisseur semi-actif. Afin d’éviter que les timbres ne soient frappés une seconde fois en raison des vibrations, les répétitions minutes possèdent habituellement un ressort de butée. Néanmoins, en agissant déjà avant la frappe sur le timbre, ce ressort annihile une partie de l’énergie destinée à l’activation du timbre. Les horlogers de la manufacture ont donc inventé un amortisseur dit semi-actif qui permet de maximiser l’énergie de frappe du marteau tout en annulant tout risque d’à-coup supplémentaire en raison des vibrations. Pour y parvenir, ils ont doté cet amortisseur d’une articulation qui agit en synchronisation avec la frappe du marteau pour qu’un ressort rappelle ce dernier immédiatement.

A toutes ces innovations s’ajoute l’utilisation, dans ce modèle Tradition Répétition Minutes Tourbillon, d’un régulateur magnétique. Contrairement à un régulateur traditionnel, ce système breveté se compose de masselottes en argent situées sous des aimants et ralenties par des champs magnétiques. Un ressort de rappel permet d’éloigner ou de rapprocher les aimants du champ magnétique.

En dehors des nombreuses innovations dédiées à l’amélioration acoustique, ce modèle comporte d’autres développements ayant précédemment fait leurs preuves, tels qu'une masse oscillante périphérique, un barillet à haute énergie et une spiral Breguet en silicium.

En termes d’esthétique, les nombreux codes chers à la manufacture sont également présents. Ainsi, les heures et les minutes sont affichées à l’aide d’aiguilles en acier bleui à pomme évidée, tandis que le cadran est guilloché à la main. Le boîtier est quant à lui décoré de fines cannelures sur les flancs, et les attaches soudées. Ce modèle se décline dans un boîtier en or rose ou en or blanc avec un timbre réalisé dans la même matière.