Les chronographes à trois compteurs Diagono ont été imaginés pour un usage quotidien et intensif, axé sur l’efficacité, sans renoncer au raffinement et à l’élégance. Son patronyme est en soi une destinée, puisque Diagono dérive du terme grec ancien « agon », synonyme de compétition.
Déjà, il y a un quart de siècle, la première montre Diagono était déroutante avec son boîtier en aluminium, quasi inconnu en haute horlogerie de luxe.
Cette année, le chronographe Diagono Ultranero se décline en 4 versions: entièrement noir, avec aiguilles et index rouges ou jaunes ou avec une lunette d’or.

Parti pris résolument contemporain, le boîtier rond de 42mm, en acier traité en surface selon la technique DLC (Diamond Like Carbon), est noir.  La lunette est en or rose 18ct ou en céramique noire, selon la version; la couronne vissée est en or rose 18ct ou en acier et céramique noire,  alors que les poussoirs sont en céramique noire ou en acier.

Pour une lisibilité parfaite, chaque modèle se pare de fines touches de couleur : jaune, rouge, blanc ou or. Ainsi, la trotteuse de chronographe, le chemin-de-fer de la minuterie ou les graduations de sous-compteurs se distinguent-ils d’un garde-temps à l’autre, sans rompre l’harmonie de la ligne Diagono. Le revêtement Super-LumiNova renforce la facilité de lecture des instruments de mesure, commandés par des poussoirs d’acier, ou de la date affichée dans un guichet. Les montres sont étanches à 100m.

 

bulgari-diagono_ultranero-1.jpg

Bulgari Diagono Ultranero, version avec lunette en or. © Bulgari


Les quatre chronographes sont mus par le même calibre B130, un mouvement à remontage automatique de 37 rubis, dont le balancier décrit 28’800 alternances par heure,  et qui offre 42 heures de réserve de marche.

Les montres complétées par des bracelets monoblocs en caoutchouc renforcés d’inserts en acier satiné, et seront disponibles disponible à partir du printemps 2014.

Cliquez sur la grande image tout en haut de la page pour voir les 4 modèles.