Née en 1967 au coeur du Swinging London, la montre Crash, au dessin imprévisible, véhicule l’esprit d’effervescence et d’insouciance d’une époque éprise de pleine liberté.
Comment est-elle née? Un client aurait confié au directeur de la filiale londonienne une montre Cartier accidentée. Séduit par ce design inédit, celui-ci décide alors d’intégrer sa déraison au vocabulaire de ses formes. Avec son cadran asymétrique, la montre Crash devient très rapidement une montre collector, produite en séries très limitées.

Aujourd’hui, ce n’est pas seulement le boîtier que Cartier soumet à des transformations radicales, c’est le mouvement tout entier qui se retrouve « crashé » pour s’intégrer à la forme incurvée du boîtier.

 

CARTIER_CRASH_SQUELETTE.jpg

Les platines de la Crash Squelette sont sculptées et le mouvement tout entier devient le cadran de la montre. © Cartier


L’ensemble du mouvement est repensé et le cadran, intégralement squeletté, est envahi par les chiffres romains démesurés qui laissent apercevoir, par transparence, le mouvement. Ce sont eux, qui par leur fonction de pont, soutiennent le calibre. Des aiguilles en forme de glaive en acier bleui complètent le cadran.
Le fond transparent de la boîte en platine 950 permet d’admirer les rouages du calibre 9618 MC à remontage manuel, battant à 28 800 alt/h et disposant de 3 jours de réserve de marche.

Ce calibre 9618 MC n’est pas un mouvement traditionnel qui aurait été simplement modifié pour s’ajuster au boîtier. Il a été conçu, dès le début, comme un mouvement ajouré devant présenter le plus bel effet en termes de disposition et d’esthétique.
Par sa conception et le squelettage des platines, il présente un grand nombre de surfaces qui ont toutes bénéficié d’une finition de Haute Horlogerie : satinage des composants en acier, anglage et polissage des flancs des chiffres romains.

 

CARTIER_CRASH_SQUELETTE-calibre-9618 MC.jpg

Calibre 9618 MC. © Cartier

 

La montre est accompagnée d'un bracelet en alligator gris avec boucle déployante en or gris 18ct.