Le jour, le soir, en public, en privé : rarement Chanel aura autant accompagné les femmes que durant ce Baselworld 2014. Avec ses trois gammes, la Maison joue une partition précieuse, finement sertie, qui conjugue au présent l’esprit Chanel.

Il y a quelques semaines, la Maison avait déjà dévoilé une nouvelle J12, entièrement dédiée aux femmes. Près de 15 ans après son lancement, celle qui avait ouvert la voie de la céramique horlogère se pare d’un cadran guilloché, d’une petite seconde et d’un guichet de date à 6h. Huit versions sont proposées, céramique noire ou blanche, en acier ou en or beige, avec notamment des variations serties où le diamant trouve sa place non plus sur la lunette, mais sur le rehaut – une approche esthétique innovante et subtile, permettant de conserver le caractère moderne de la pièce tout en l’enrichissant.

 

Chanel-J12_Blue_Light

J12 Blue Light. © Chanel

 

A Baselworld, Chanel a clairement complété son approche par le haut de gamme horloger, à la fois technique et joaillier. C’est à présent un tourbillon volant qui vient habiller la J12. Placé à 6h, il est l’œuvre de Renaud & Papi, qui ont créé ce calibre « Tourbillon Volant Comète » à l’attention exclusive de Chanel. Deux versions limitées à 50 pièces sont proposées, avec réhaut et cadran sertis. Une troisième version de 12 pièces voit sa boîte et son bracelet sertis, tandis qu’un modèle entièrement serti proposé en édition limitée de 5 pièces se pare de plus de 700 diamants, dans le même diamètre de 38 mm.

 

J12_Flying_Tourbillon_4_modeles

Les quatre nouveaux modèles J12 Tourbillon Volant. © Chanel

 

Première dame

Elle a fêté son quart de siècle mais continue d’être une icône féminine. Première montre créée exclusivement pour les femmes par Chanel en 1987, inspirée de la forme octogonale du bouchon du flacon du N°5 et de celle la place Vendôme, la Première a su rester simple... double, ou triple !

La Première « Tourbillon Volant Camélia », mouvement manuel exclusif développé par Renaud & Papi, doté d’une réserve de marche de 40 heures, s’habille aujourd’hui d’une lunette en or blanc sertie de 42 diamants baguette et 52 brillants, complétés par 47 saphirs roses sur la carrure. La pièce n’est disponible qu’à 20 exemplaires, sur bracelet alligator ou satin.

En complément, presque à l’opposé, la nouvelle Première Double Tour : le mouvement n’est plus mécanique, mais quartz, l’or n’est plus blanc, mais jaune, et le bracelet passe du simple au double tour. La pièce rejoint aujourd’hui la collection courante. Elle est complétée d’une variation « Triple Tour », dotée d’un nouveau bracelet en acier entrelacé de cuir noir qui s’enroule autour du poignet, clin d’œil à la célèbre chaîne du sac Chanel classique.

 

Chanel-Premiere_Triple_Row

Première Triple Tour. © Chanel

 

Collection très privée

Le bracelet, la boîte sertie, le mouvement : quel autre espace d’expression horlogère Chanel n’a-t-elle pas investi ? Le cadran ! C’est l’objet de la collection « Mademoiselle Privé ».

Emailleurs, graveurs, ciseleurs et sertisseurs se sont associés pour donner vie à une collection là aussi très exclusive qui fait la part belle à la fleur fétiche de Mademoiselle Chanel, le Camélia : compositions réalisées à base de Maki-e (technique japonaise qui consiste à appliquer des poudres métalliques ou des matières décoratives, telles les paillons d'or ou de nacre, sur la laque encore humide), sertissage ou broderie. Les décors réalisés par la Maison Lesage à l'aide de fils de soie d’or et d’argent selon la technique de la "peinture à l'aiguille sont unanimement salués. L’an dernier, le modèle Mademoiselle Privé Camélia Brodé avait remporté le prix de la catégorie Métiers d’Art au Grand Prix d'Horlogerie de Genève.

 

Chanel-Decor_Coromandel_Musicienne

Mademoiselle Privé, le décor Coromandel de la Musicienne. © CHanel

Enfin, les montres Coromandel rappellent les motifs des paravents en laque du XVIIe siècle qui ornent l’appartement parisien de Mademoiselle, 31 rue Cambon. La maison propose ainsi sept sets de deux pièces uniques se faisant écho, en émail "Grand Feu" et nacre sculptée, sur un discret diamètre de 37,5 mm.