Chez Chanel, les évolutions apportées à l’icône horlogère J12 sont feutrées, progressives, mûrement réfléchies. La collection est déjà riche, il ne s’agit pas de diluer l’essence du modèle dans un trop-plein de variations chromatiques.

Une chose est sûre : l’âme de la J12 reste inchangée. Le modèle 365 dévoilé ce jour garde donc un format rond, une lunette crénelée, des chiffres arabes, un protège-couronne mais aussi et surtout la céramique comme matière première. Et pourtant, tout change, car cette nouvelle interprétation affirme aujourd’hui son unique destination féminine ! "Elle s'illustre particulièrement par son diamètre réduit, ses finitions et la finesse de sa boîte qui intègre un mouvement automatique, offrant une véritable alternative à la version 38mm originelle, plus sport", précise Nicolas Beau, Directeur International de l'Horlogerie Chanel.

 

Chanel_J12-365-H3839_Q

L’or beige est la grande nouveauté de la nouvelle J12, un alliage propre à la maison Chanel. © Chanel

 

Nouveau format
A cet effet, le changement le plus significatif est de taille, de la sienne en l’occurrence, puisque la J12-365 se présente en 36,5 mm, un diamètre qui n’existait pas jusqu’à présent. Qui plus est, ce diamètre est aujourd’hui marqué par une lunette fine crantée, et non plus la lunette tournante graduée. Enfin, alors que celle-ci était sertie (selon les modèles), c’est aujourd’hui le rehaut qui l’est, selon les variations proposées. La lunette reprend ainsi sa pure vocation sport-chic initiale.

"Le nom J12-365 exprime à la fois l'idée d'une montre qui accompagne toute l'année et à tous les moments de la journée, la femme qui la porte et fait également écho au diamètre de la montre qui mesure 36,5mm", ajoute Nicolas Beau.

Au-delà, une nouvelle allure apparaît : une petite seconde. Généreusement dimensionnée dans un compteur à six heures, guilloché azuré, elle s’illustre par la simplicité de son design. Quelles que soient les versions non serties de la nouvelle J12-365, ce compteur de secondes affichera toujours son gris pur, avec l’absence remarquée de chemin de fer. Le parti pris esthétique est fort : alors que la petite seconde est traditionnellement utilisée pour décompter avec précision les secondes, Chanel a ici fait le choix d’une seconde traînante non graduée, comme pour mieux laisser s’évader le temps.

 

Chanel_J12-365-H3841_Q

Sur la nouvelle J12-365, c’est le rehaut de la pièce qui est serti, et non plus la lunette. © Chanel

 

Révolution à 6 heures
Côté cadran - qui se voit pour la première fois habillé d’un lumineux guilloché soleil - l’autre nouveauté est le déplacement du guichet de date, placé également à 6h sur le nouveau modèle J12-365. Sans parler de révolution, c’est ici un mouvement esthétique fondamental, puisque la date à 4h30 avait toujours été, sans exception, le marqueur stylistique de la J12.

Cette position de la date à 6h, précisément là où la petite seconde fait également son apparition, n’est pas anodine. Il fait converger le regard vers cet endroit du cadran, un lieu unique où l’unité de mesure la plus petite, la seconde, côtoie la plus grande proposée par la montre, la date. Subtil, ludique, et esthétiquement harmonieux.

 

Un alliage inédit d’or
Côté boîtier, en revanche, la différence 365 est plus manifeste. Pour la première fois, Chanel dévoile un nouvel or beige, 18 carats, obtenu par un alliage exclusif à la maison. 4 modèles bénéficieront de ce traitement exclusif, sur un total de 8 variations esthétiques offertes à ce nouveau modèle J12-365.

Pour ces différentes déclinaisons, Chanel a repris les ingrédients de son succès : versions noires et blanches, renvoyant respectivement aux millésimes 2000 et 2003. On retrouve également des versions serties de diamants, appliqués sur le rehaut et simultanément sur la petite seconde. Ce pavage audacieux valorise au mieux cette seconde additionnelle qui marque réellement la spécificité de cette nouvelle J12-365.

 

Chanel_J12-365-H3842_Q

La version la plus sertie de la J12-365 offre un pavage inédit également porté sur la petite seconde, offrant un éclat inédit et contrasté avec le noir dominant de la pièce. © Chanel