Bienfacture : nom féminin, mais c’est surtout un helvétisme. Ce mot, typique de la Romandie, n’existe pas dans le dictionnaire français. Les longs hivers calfeutrés dans les vallées horlogères ont développé un immense souci du détail, et cette ultra-qualité, typiquement suisse, a été progressivement désignée par ce terme de bienfacture.

La bienfacture, c’est avant tout l’art de la finition, la transformation d’éléments bruts en joyaux brillants. 

Avec le Tourbillon 24secondes Contemporain Serti, Greubel Forsey s'est lancé un nouveau défi bienfacturier. La marque a désiré travailler d’emblée la quintessence du règne minéral, à savoir des diamants « baguette » de la meilleure qualité (Pureté IF / Couleur D-E) afin d’élaborer l’architecture du garde-temps. 

 

Tourbillon 24secondes Contemporain Serti © Greubel Forsey

 

Il y a environ 1.5 milliard d’années, à plus de 150 km sous terre, des particules de carbone ont subi, à une température supérieure à 1000 °C, une pression de plus de 50 millions d’atmosphères. Ainsi sont nés les diamants, cristaux de carbone pur dont seulement 0,001% obtiendront, après taille et polissage, le label IF / D-E. 

L’éclat du diamant met en valeur les oscillations du Tourbillon 24 secondes. Un jeu de lumière inédit s’instaure, grâce à la réfraction de la lumière d’un diamant taillé aux normes parfaites..

Pour la haute horlogerie, les tailles de pierres précieuses sont beaucoup plus contraignantes que pour la joaillerie traditionnelle. Le sertissage des montres requiert un calibrage des pierres au micron près. 

Le boîtier en or gris de 43.5mm sur 16mm est également serti de diamants « baguette », tant sur le pourtour de la lunette que sur les faces des cornes. La montre est sertie de 9.71 carats de diamants, au total 272 pierres.