En 2012, Harry Winston elle fait figure de précurseur en proposant le mariage inédit de deux savoir-faire ancestraux que rien ne prédestinait à se rencontrer - l’horlogerie et la plumasserie, un métier rare presque oublié.

Sur la nouvelle Midnight Feathers Automatic 42mm, la plume est le prélude à une esthétique riche en contrastes. Expertise horlogère et règne animal sont ici réunis dans une nouvelle toile travaillée en relief, à l’instar d’un tissu texturé. Chaque rémige - issue d’une oie d’élevage - est sélectionnée, façonnée, puis, positionnée à la loupe pour une précision optimale. Graphique, la marqueterie joue l’alternance des couleurs, conférant au cadran rythme et énergie. Ces couleurs intenses sont celles des racines ambrées du vétiver, des joncs ou du bois de cèdre, en harmonie avec l’or rose de la boîte et le bracelet en alligator brun. Chaque cadran réalisé à la main varie selon la plume et le geste, jamais tout à fait le même, du maître artisan.

 

Harry-Winston_Midnight-Feathers-Automatic.jpg

La marqueterie qui décore la Midnight Feathers Automatic 42mm est un voyage aux frontières de l’animal et du végétal. © Harry Winston

La boîtier se caractérise par sa finesse intemporelle, les trois arches rappelant le Salon Harry Winston sur la Cinquième Avenue à New York et des cornes épurées et parfaitement intégrées. Le fond ouvert dévoile les finitions du mouvement mécanique automatique HW2008 qui anime les fonctions de l’heure et des minutes. La masse oscillante squelette, le perlage, les Côtes de Genève et les ponts anglés signent quant à eux l’appartenance à l’excellence horlogère.

 

Harry-Winston_Midnight-Feathers-Automatic-back.jpg

Le fond ouvert dévoile le mouvement mécanique automatique HW2008. © Harry Winston