L’argent fut découvert il y a environ 6000 ans et a été utilisé par les anciens Sud-Américains (l'Argentine tire son nom de l'argent,  «  argentum » en latin),  les Chinois, les Égyptiens, les Grecs et les Romains. En raison de sa beauté et son éclat,  l'argent était une matière recherchée pour la confection de bijoux, de pièces de monnaie, et de vaisselle, entre autres.

Les premières montres à gousset étaient en argent. Les montres-bracelets en argent furent également très populaires au début des années 1900. Mais le problème de l'argent est qu'il ternit et change de couleur, ce qui exige de nettoyer la montre régulièrement.

En raison de cette décoloration (due à l'exposition au soufre et à d'autres produits chimiques, et à l'oxydation du cuivre dans l'alliage d'argent utilisé), plusieurs marques horlogères abandonnèrent complètement l’argent, lui préférant l'acier inoxydable, l’or, ou le platine. Hermès, cependant, s'est servi de l'argent - un de ses métaux iconiques - jusqu'en 1998. Puis, l'insatisfaction générale des clients a finalement poussé la marque à renocer à ce métal pour les montres, quoiqu'elle ait continué à l’utiliser pour ses bijoux.

 

silver

Le problème de l'argent est qu'il ternit et se patine. © DR


Cette année à Baselworld, Hermès a réintroduit un nouvel alliage d'argent, spécifiquement développé pour les montres. Il est aussi beau que le métal précieux mais ne ternit pas.

"L'argent que nous connaissons, l’alliage 925,  a tendance à s’oxyder et à ternir. Bien que cela ne pose pas de problème pour les bijoux, où ce processus apporte une jolie patine à la pièce, c'est moins esthétique pour les montres," explique Philippe Delhotal, Directeur Artistique de La Montre Hermès. "Les clients ne sont pas satisfaits et considèrent que cela ne correspond pas au niveau de qualité que l’on attend d’un produit Hermès. Par conséquent, en 1998, nous avons décidé d'arrêter la production de notre collection en argent, y compris la Nantucket."

Mais, comme révèle encore Philippe Delhotal, l'argent fait partie de l'ADN d’Hermès. "Nous avons produit des montres et des bijoux en l'argent depuis 1927 et nous avons trouvé que ce métal manquait dans nos collections  horlogères," dit-il. "Après deux ans de recherche en collaboration avec une entreprise suisse, nous avons développé un nouvel alliage d'argent qui répond à notre besoin. Hermès bénéficie de deux ans d'exclusivité pour l’utilisation de cet alliage pour la fabrication de montres ».

 

Hermes-Nantucket-Silver

Deux modèles Cape Cod Nantucket, en argent. © Hermès


Dans ce nouvel alliage,  le cuivre - qui cause l'oxydation - a été retiré et remplacé par de l'argent et un mélange d'ingrédients confidentiels. Il a été lbaptisé Argent 970 +,  puisqu’il s’agit d'argent pur à 97 %.
"Il a été particulièrement conçu pour garantir que l'argent conserve  son éclat caractéristique," ajoute Philippe Delhotal. "L'argent est un métal précieux qui plaît aux femmes. Il confère brillance et légèreté à une montre. Le nouvel alliage est un peu plus compliqué à travailler que d'autres métaux en raison de sa souplesse – due à l’absence de cuivre. Ceci complique particulièrement le sertissage de diamants et exige un savoir-faire certain".

Hermès utilise ce nouvel alliage dans les modèles Tonneau et Cape Cod Nantucket, disponibles en versions serties ou non. Si les nouvelles montres en argent sont bien accueillies, on peut s’attendre à voir l’ Argent 970 + apparaître à l'avenir dans d'autres collections Hermès.

"Nous avons créé un nouvel alliage exclusif qui réduit non seulement le risque de ternir, mais qui réinvente aussi une ancienne collection emblématique d’Hermès", conclut Philippe Delhotal.

L'argent est un métal fantastique pour l'horlogerie et il est réjouissant de voir Hermès le réintroduire dans ses collections.

 

Hermes-Cape-Cod-Tonneau-Silver

Cape Cod Tonneau, Grand Modèle, double tour, en argent. © Hermès