Si Hysek est parfois discrète durant l’année, c’est que la marque travaille en profondeur sur l’ensemble de ses collections pour en présenter, à chaque Baselworld, des évolutions majeures.

La Furtif en or rose en est une troublante bénéficiaire. Certes, son tourbillon volant attire le regard, ne serait-ce que par son emplacement inhabituel, à 11h. Mais au-delà, la Furtif impose une architecture réellement hors normes. Elle offre un cadran squeletté qui joue les faux-semblants en servant également de platine supérieure, mais aussi en offrant un mariage d’or et de gris composant une partition chromatique jusque là inconnue. L’ensemble, placé dans le sculptural boîtier en titane de 51 mm de haut, ne sera édité qu’à 8 exemplaires.

 

Hysek Furtif Tourbillon

Furtif Tourbillon © Hysek

 

Squelette à la demande

A ses côtés, la nouvelle IO pourrait presque passer pour consensuelle. Presque. Car Hysek ne sera jamais une marque consensuelle, mais farouchement indépendante et qui le prouve dans chacune de ses créations. On retrouve sur les deux nouvelles IO squelette tourbillon le diamètre généreux de la marque, 49 mm.

Retenu dans un jeu de glaces saphir superposées, un calibre épuré à l’extrême semble suspendu dans le vide et projette en lévitation les pièces qui le composent.

Autre particularité, à chaque remontage de la couronne, le rehaut serti  de 90 diamants noirs s’anime, gravitant autour du mouvement. Deux modèles seront proposées, édités en huit pièces chacun, avec deux degré de squelettage différents.

C’est là aussi une première que de proposer une gamme de montres entièrement squelettes et déclinées sous deux variantes : une version épurée à l’extrême et une deuxième,  plus élaborée. « Le « vrai » art et savoir-faire horloger résident dans d’infimes détails, là où l’artistique joint la technique pour mettre en valeur l’objet de haute horlogerie ; un travail extraordinaire, poussant tout à l’extrême!», témoigne Akram Aljord, CEO.

 

Hysek Kilada Tourbillon à cadran saphir, synthèse de l’art horloger d’Hysek

Kilada Tourbillon à cadran saphir, synthèse de l’art horloger d’Hysek. © Hysek

 

Arborant un boitier traité en PVD noir, la nouvelle Verdict 45 mm, présente un tourbillon qui joue cette fois un autre jeu de transparence. La pièce se veut nettement plus contemporaine. On y retrouve le tourbillon volant à 10h, placé sur un côté de cadran opaque. La mention peut paraître évidente, mais elle s’oppose en réalité à une partie droite translucide, laquelle laisse apparaître le mouvement manufacture à grande date, dont on voit ainsi les deux disques. 1, 5 et 7 sont les seuls index placés sur le cadran, renforçant le côté énigmatique de cette série limitée proposée, elle aussi, à seulement huit exemplaires.

Enfin, dernier modèle à simple tourbillon, la Kilada fait le pari d’un boitier en rose à la fois poli et brossé, comme traversé par un double micro-rotor. Ce dispositif est l’une des marques de fabrique Hysek. La partie supérieure du cadran est réalisée en saphir translucide. Elle est un écho esthétique à sa partie inférieure qui, elle, révèle sans fard son tourbillon volant à 5h et l’un de ses micro-rotors à 7h.

Du simple au double

Comme en 2013, Hysek prouve sa maîtrise technique par de nouveaux modèles à double tourbillon. C’est, à nouveau, la Verdict qui a été choisie pour l’exercice, passant à 46 mm pour l’occasion. La pièce s’habille côté cadran d’une date et d’un micro-rotor. Hysek renouvelle son approche très atypique du design horloger en disposant ces complications, à nouveau, de manière très originale : tourbillons à 5h et 7h, micro-rotor à la place fétiche des 10h et date à 1h. Son cadran saphir aux reflets bleus habille l’ensemble avec grâce et élégance. Succès ? Totalement, puisque même avec cette disposition à laquelle nul n’est habitué, cette Verdict est harmonieuse, et cohérente. Une version squelette en sera également proposée.

 

Hysek Verdict 45 Tourbillon Black

Verdict 45 Tourbillon Black. © Hysek

 

Grande classique, la bien nommée

Toujours inattendue, Hysek présente en complément deux nouvelles IO, lesquelles partent aux antipodes des créations précédentes, vers un classicisme intemporel assumé. « La ligne s’inspire directement des traditions horlogères, c’est un retour aux sources, aux miniaturisations horlogères qui auparavant se concentraient surtout sur des modèles indiquant les heures et les minutes. Les aiguilles pomme des IO Classique en sont la manifestation », souligne Akram Aljord, CEO.

La justement nommée Grande Classique est une heures – minutes à date. La maison l’a voulue plate (8 mm), sobre et en or rose. La marque Hysek s’applique principalement aux aiguilles, dont la pointe noire vient en écho au bracelet en alligator. Ce modèle est complété d’une proposition féminine de 36 mm au rehaut  et au tour de lunette serti, servis par un mouvement automatique.

 

Hysek IO Grande Classique

IO Grande Classique. © Hysek