La dernière création d’Hysek révèle pleinement la complexité du chronographe. Pour traduire cette vision, la manufacture a développé une approche originale. La IO Tourbillon Chronographe offre un cadran blanc opalin dont la mécanique n’est visible que par ses trois ouvertures que sont le chronographe, le tourbillon et le micro rotor.

A 3h, le chronographe s’égrène sur 45 minutes. Le regard porte donc autant sur la lecture du temps mesuré que sur la mécanique qui l’anime. A 10h, Hysek a déployé un tourbillon volant squelette. Le choix de cette finition ne doit rien au hasard : elle seule permet d’avoir une vue plongeante sur le précieux échappement. Ainsi, la manufacture étend le principe appliqué au chronographe, avec un tourbillon dont on peut simultanément apprécier le cœur mécanique et suivre le décompte des secondes qu’il égrène.
Ce parti pris esthétique permet également de révéler le travail de finition à la main réalisé par Hysek. La dentelle ajourée du tourbillon semble littéralement suspendue à une cage en titane, poussant ainsi l’exercice de la transparence à son paroxysme.
Hysek a voulu que ce calibre de près de 360 composants soit le plus fin possible. Pour y parvenir, la manufacture a écarté la masse oscillante au profit du micro-rotor. La conception de celui-ci est devenue la signature esthétique de la marque : il est double et traversant. Double, parce qu’il comporte deux masses, côté cadran et côté fond. La première est réalisée en or rose 22 carats, la seconde, côté fond, en platine. Traversant, car elles sont toutes deux situées à 6h et reliées par un seul et même axe. Au final, la IO Tourbillon Chronographe s’offre ainsi un calibre automatique de seulement 13 mm d’épaisseur doté de 48 heures de réserve de marche.

La IO Tourbillon Chronographe est une édition limitée de 88 pièces numérotées. © Hysek

Pour l’habiller, Hysek a déployé les codes esthétiques qui ont fait son identité. En haut du cadran,  seuls les index 11 et 1 sont indiqués, comme on les trouve sur la plupart des garde-temps de la manufacture depuis sa création. La disposition des ouvertures, à l’inverse des tri-compax sagement placés en « 3-6-9 », est elle aussi revisitée. Ainsi, le tourbillon est situé à 10h, une place inhabituelle mais qui confère au visage de la IO une élégante dynamique.

Enfin, la manufacture a repris sa finition Rose des Vents, l’une plus délicates à ciseler, entièrement réalisée à la main. Côté couleurs, Hysek a joué la sobriété avec un boîtier de 45 mm entièrement réalisé en or rose, monté sur un bracelet alligator noir ou chocolat à boucle déployante.