Avec l’édition spéciale Aquatimer Chronographe Edition «50 Years Science for Galapagos», limitée à cinq cents exemplaires, IWC Schaffhausen célèbre le 50e anniversaire de la station de recherche Charles Darwin, une institution scientifique créée par la Fondation Charles Darwin sur les îles Galápagos.L’Aquatimer Chronographe Edition «Galapagos Islands» est de construction identique. Les deux montres sont animées par le calibre de manufacture 89365 et se distinguent par un revêtement de caoutchouc noir.

 

Aquatimer Chronographe Edition «50 Years Science for Galapagos» (réf. IW379504)

Aquatimer Chronographe Edition «50 Years Science for Galapagos» (réf. IW379504) © IWC

 

L’expédition de Charles Darwin, qui découvrit la clé de sa théorie de l’évolution il y a environ 180 ans sur les îles Galápagos, est illustrée de façon vivante dans la station de recherche basée sur l’île de Santa Cruz. La station de recherche Charles Darwin a été construite en 1964. Plus d’une centaine de scientifiques, d’étudiants, d’enseignants et de bénévoles du monde entier y travaillent pour étudier la flore et la faune indigènes et préserver de la destruction le patrimoine mondial des Galápagos. La station forme des guides du parc national, organise des séminaires pour les enseignants et les étudiants, publie le résultat de ses recherches et collecte des dons. Les jeunes et les enfants sont sensibilisés à la protection de l’environnement dans le cadre de cours, d’activités artistiques et de divertissements. Car ce «laboratoire de l’évolution» est très menacé. «Nous sommes confrontés à de grands défis pour préserver la diversité biologique de la flore et de la faune indigènes sur les îles Galápagos pour les générations à venir», déclare Swen Lorenz, CEO de la Fondation Charles Darwin.

 

Aquatimer Chronographe Edition «50 Years Science for Galapagos» (réf. IW379504)

Une partie des revenus de la vente de l’Aquatimer Chronographe Edition «50 Years Science for Galapagos» (réf. IW379504) d’IWC Schaffhausen est versée à la Fondation Charles Darwin. © IWC

 

«À eux seuls, la lutte contre les espèces invasives et le développement de concepts de durabilité pour un tourisme respectueux de l’environnement prennent énormément de temps et sont très coûteux. Nous sommes très reconnaissants du soutien que nous apporte IWC, notre partenaire de longue date.» L’entreprise suisse apporte son aide à la Fondation Charles Darwin depuis 2009, contribuant ainsi grandement à la poursuite de ses travaux de recherche. Georges Kern, CEO de la manufacture horlogère: «IWC revendique sa responsabilité écologique et poursuit une stratégie d’entreprise axée sur la durabilité. En tant que manufacture de montres de plongée, IWC se doit de participer à la sauvegarde de l’univers unique des Galápagos, tant sur terre que sous l’eau. Nous savons que le travail de la station de recherche Charles Darwin pour la conservation de la diversité des espèces sur les îles Galápagos est indispensable et lui adressons nos meilleurs voeux pour son 50e anniversaire.» 

Aquatimer Chronographe Edition «50 Years Science for Galapagos» et Aquatimer Chronographe Edition «Galapagos Islands» 
Les deux éditions Galapagos se caractérisent par le revêtement de caoutchouc noir mat du boîtier en acier fin. Il est appliqué au moyen d’un procédé complexe de vulcanisation au cours duquel chaque boîtier est fixé au caoutchouc sous pression et sous chaleur dans un moule spécial. Ce matériau d’apparence chaude, à la fois résistant et maniable, rend le port et l’utilisation des deux chronographes particulièrement agréables. Tandis que l’Aquatimer Chronographe Edition «Galapagos Islands» (réf. IW379502) fait la part belle au contraste habituel noir-blanc, les aiguilles et les index de la montre anniversaire Aquatimer Chronographe Edition «50 Years Science for Galapagos» (réf. IW379504) se signalent par un bleu vif prononcé.

 

Aquatimer Chronographe Edition «Galapagos Islands» (réf. IW379502)

Aquatimer Chronographe Edition «Galapagos Islands» (réf. IW379502) © IWC

 

 Les aiguilles et les index des deux montres sont recouverts de plusieurs couches de Super-LumiNova® et brillent de deux couleurs sur le cadran dans l’obscurité. Ainsi, le plongeur peut tout de suite voir quels sont les affichages correspondant à l’heure ou au temps de plongée. Les nouvelles lunettes tournantes externe et interne facilitent le maniement lorsque l’on porte des gants de plongée ou que les doigts sont engourdis par le froid. Le mouvement rotatif de la lunette tournante externe est transmis à la lunette tournante interne, à l’intérieur du boîtier, par un système d’embrayage raffiné. Le système SafeDive d’IWC empêche que le temps de plongée mesuré soit plus court, suite à un déréglage involontaire. Le mouvement de manufacture IWC calibre 89365 permet d’afficher sur le compteur du haut les minutes chronométrées; l’aiguille du chronographe au centre mesure les temps jusqu’à une minute. L’aiguille des secondes dans le compteur du bas sert à contrôler le fonctionnement et peut être arrêtée pour procéder à une synchronisation. La fonction flyback permet de remettre le chronomètre à zéro sur pression d’un poussoiret de relancer instantanément un nouveau chronométrage – l’idéal pour chronométrer les paliers de décompression. Les deux éditions Galapagos sont dotées du nouveau système breveté IWC de bracelets interchangeables.

 

l’Aquatimer Chronographe Edition «Galapagos Islands» (réf. IW379502)

Aquatimer Chronographe Edition «Galapagos Islands» (réf. IW379502) © IWC

 

Les cinquante ans de la Fondation Charles Darwin
Au cours de son histoire, la station de recherche Charles Darwin a lancé de nombreuses initiatives pour étudier et sauvegarder l’un des derniers paradis naturels de la planète. Des programmes scientifiques ont permis de préserver de la disparition quelques espèces de tortues géantes des Galápagos. Les animaux domestiques et sauvages invasifs, tels que les chèvres, les chiens, les chats et les porcs ont pu être refoulés, au terme d’une lutte qui a duré des dizaines d’années. Grâce à un programme de quarantaine, l’introduction d’espèces invasives a été entravée. Cela représente une tâche titanesque compte tenu des plus de 180 000 touristes par an, des bateaux de croisière qui accostent et d’un trafic aérien intense. Une réserve marine protégée a été aménagée en 1998 tout autour des îles, pour devenir en 2001 l’une des plus grandes aires marines protégées au monde, inscrite sur la liste du patrimoine mondial. Les îles Galápagos font partie des biens naturels du patrimoine mondial depuis 1978 déjà.

 

Galapagos

Galápagos © IWC

 

Beaucoup d’animaux des Galápagos, comme les iguanes marins, les oiseaux et les lions de mer, qui vivent à la fois sur terre et dans l’eau, profitent de ces mesures de protection. À présent, les autorités équatoriennes prennent les mesures adéquates contre le «finning», cette pêche cruelle qui consiste à couper les ailerons des requins. Mais il y a encore beaucoup à faire. Actuellement, la station de recherche lutte surtout pour préserver de la disparition les géospizes des mangroves, une sous-espèce du pinson de Darwin particulièrement menacée et dont il ne reste qu’environ soixante-dix exemplaires. La fierté de n’avoir jamais eu à déplorer la perte d’une seule espèce d’oiseau sur les îles Galápagos renforce l’ambition de ne jamais avoir à le faire. Avec les éditions spéciales Aquatimer Chronographe Edition« 50 Years Science for Galapagos» et Aquatimer Chronographe Edition «Galapagos Islands», IWC Schaffhausen contribue à ce que la station de recherche Charles Darwin puisse poursuivre ses importantes recherches sur le terrain et son travail de sensibilisation, en versant à la Fondation Charles Darwin une partie des revenus de la vente, aidant ainsi à préserver l’univers fascinant de l’archipel des Galápagos.