Passé maître dans l’art de sculpter des symboles sur des garde-temps d’exception, Louis Moinet passe allégrement du Derrick à l’Aigle Russe, surplombant toujours un tourbillon.
Cette nouvelle série limitée de 28 pièces met en scène l’aigle à deux têtes d’origine byzantine, tenant dans ses serres le sceptre de l’église orthodoxe et le bouclier de Saint Georges, patron des peuples slaves.

A lui seul, l’oiseau mythique nécessite plus de cinquante heures de gravage à la main, sans parler du saisissant guillochage Côtes du Jura renforçant la profondeur du cadran bleu. Tout autant raffiné, le décor du mouvement est visible à travers le fond saphir du boîtier en or au design breveté.

Distingué l’été passé par l’UNESCO et l’International Institute for Promotion and Prestige qui ont fait de Louis Moinet la 3e marque horlogère au monde à recevoir un prix en un demi-siècle, l’inventeur du chronographe ne s’endort pas sur ses lauriers.

 

Louis Moinet l'Aigle Russe

L'Aigle russe, édition limitée à 28 pièces. © Louis Moinet


Boîtier : or gris, 59 pièces, design breveté, fond saphir numéroté, étanche à 30m
Diamètre : 47mm Mouvement : mécanique à remontage manuel (72h de réserve de marche), tourbillon 1mn, décor Côtes du Jura
Fonctions : heures, minutes
Cadran : guillochage Côtes du Jura, gravure manuelle de l’aigle de la Fédération de Russie
Bracelet : alligator de Louisiane cousu main, boucle déployante en or et titane noirci.