Née il y a à peine dix ans, la marque Louis Moinet a fait face à un incroyable défi lorsqu’il y a deux ans, la découverte inattendue d’un chronographe datant de 1815 de l’illustre horloger - qui a donné son nom à la marque - fit de lui l’inventeur du chronographe. Il devançait ainsi de près d’un demi-siècle Adolphe Nicole, et son brevet déposé en 1862. Non seulement Moinet a fabriqué un chronographe bien avant tous les autres, mais il l’a fait battre à une fréquence inimaginable encore aujourd’hui. L’objet fut baptisé « compteur de tierce », une « tierce », en français de l’époque, correspondant à 1/60e de seconde. Pour la mesurer, ce premier chronographe battait à 216'000 vibrations par heure, soit une fréquence de 10 Hz.

Mais revenons au défi : l’industrie horlogère et Louis Moinet célèbrent donc cette année le bi-centenaire de l’invention du chronographe, et la marque se devait de présenter une pièce exceptionnelle pour célébrer son héritage historique nouvellement découvert, mais aussi son dixième anniversaire. Défi relevé avec Memoris, le premier « chronographe-montre ». Pour faire simple, la configuration du mouvement chronographe de cette pièce est sens dessus dessous : les fonctions chronographe sont situées au-dessus de la platine et les éléments générant l’heure deviennent une complication, cachée dessous.

Louis Moinet

Memoris. © Louis Moinet

Le chronographe déconstruit
Le fait de donner la vedette au mécanisme du chronographe rendent ses rouages visibles dans leur intégralité, aucun élément des fonctions de l’heure n’obstruant leur visibilité. La roue à colonne est le composant majeur des 147 pièces du mécanisme du chronographe – qui représentent à leur tour près de la moitié des 302 composants de la montre. Processeur central du mécanisme, cette roue à colonne traduit le mouvement de chaque pression sur le monopoussoir en une rotation qui soit bloque ou libère les composants qui interagissent avec elle (marteau, frein et embrayage).

Louis Moinet

Croquis de la roue à colonne. © Louis Moinet

Si la roue à colonne est traditionnellement la marque d’un chronographe de qualité supérieure, Louis Moinet pense de même que la tradition impose aussi que les trois fonctions (arrêt, marche et remise à zéro) soient activées par un seul poussoir, situé à 2h sur le boîtier. Mais la marque n’a pas voulu pousser jusqu’au compteur des tierces - qui aurait engendré un gros casse-tête pour résoudre le problème de la réserve de marche. Elle a couplé son chronographe à un mouvement 4Hz de son calibre LM54, qui offre une réserve de marche de 48 heures et ses propres caractéristiques maison.

Louis Moinet

Croquis du boîtier, avec le poussoir décoré de “Clous de Paris” et les chatons de zircon noir vissés sur les cornes. © Louis Moinet

Energie Plus
Louis Moinet a développé son propre mécanisme de remontage à levier-cliquet afin de tirer le maximum d’énergie de la masse oscillante. Energie Plus (voir la vidéo) consiste en un plateau excentrique muni de deux cliquets, le tout sous forme de « patte de crabe », qui capte les mouvements de la masse oscillante dans les deux sens et transmet au ressort de barillet 30% d’énergie supplémentaire par rapport à un remontage automatique traditionnel. De plus, un roulement à billes, composé de billes en céramique ultra-légères de 0.397 mm de diamètre, permet à la masse oscillante bi-matière de bouger plus librement, et, en conséquence, d’améliorer la transmission d’énergie.

Louis Moinet

Le système “Energie Plus” permet à la montre de se remonter dans les deux sens, procurant ainsi un armage plus efficace du mouvement. © Louis Moinet

Table rase
Pour pouvoir contenir les 302 composants de ce mouvement, Louis Moinet a pratiquement retravaillé tous les éléments de l’habillage. Ainsi le boîtier, les aiguilles, le cadran, la masse oscillante, mais aussi la boucle déployante du bracelet sont nouveaux. Le boîtier en or est constitué de 52 composants est muni d’un fond transparent vissé, de chatons de zircon noir également vissés sur les 4 cornes, et d’un protège-couronne breveté.

Memoris ne sera produit qu’à 180 exemplaires, 60 en or rouge 18 ct, 60 en or blanc 18 ct avec une platine rhodiée, et 60 autres, également en or blanc 18 ct mais avec une platine bleue.

Louis Moinet

Le fond du boîtier est équipé de 7 vis et gravé du numéro individuel et des symboles Louis Moinet. © Louis Moinet