Dix ans ! Presque rien au regard des multiples décennies égrenées par certaines maisons. Presque rien et tellement tout pour une marque comme Pierre DeRoche. Dix ans, un anniversaire que Pierre et Carole Dubois, les fondateurs de la maison, ne voulaient pas laisser filer sans le marquer d’une pierre blanche. « Dix ans, c’est un chemin énorme, souligne le CEO, Pierre Dubois. On est parti d’une feuille blanche, comme au pied d’un mur, avec tout à faire. Dix ans plus tard, on a 60 pages de catalogue et 14 développements exclusifs. Ce sont dix années de lutte, de combats, de déceptions et de moments exceptionnels. Ça compte ! »

Reynold

Autant de bonnes raisons d’achever cette décennie – ou de commencer la prochaine – avec un modèle d’exception qui capitalise sur le savoir-faire acquis par la marque. Son nom, Reynold, emprunte celui du grand-père du CEO. Il fut lui-même horloger. Et pas des moindres puisqu’il fit ses armes auprès de Jacques-David LeCoultre dans les années 1920, qu’il organisa et dirigea les ateliers de la manufacture du Sentier avant d’être assigné à Milan puis Paris.
S’il n’y a point de hasard, c’est pourtant grâce à un petit coup de pouce du destin que la montre de poche unique Reynold doit sa création. « Il y a trois ou quatre ans, j’ai eu l’opportunité de racheter un lot de mouvements LeCoultre, raconte Pierre Dubois. Quand je les ai vus, j’ai trouvé ça extraordinaire. Parmi ces derniers, il y avait la crème de la crème, un mouvement datant des années 1920, dans son état d’origine mais tout à fait exceptionnel ! » Un véritable bijou mécanique, une grande complication, restaurée dans les règles de l’art, et qui décline la répétition des heures, des quarts et des minutes, un chronographe avec un compteur 30 minutes, un quantième perpétuel ainsi que les phases de lune sur un très beau cadran émaillé serti de deux émeraudes.

 

Pierre DeRoche Dos de la Reynold

Dos de la Reynold © Pierre DeRoche

 

TNT Royal Retro

Dans le registre plus classique de la collection courante, Pierre DeRoche revisite aussi cette année l’un de ses fondamentaux avec une TNT Royal Retro dont le diamètre a été abaissé à 43mm, soit 4mm de moins que dans la version d’origine. « Quand, nous avons lancé cette ligne il y a cinq ans, notre principal marché était la Russie, souligne Pierre Dubois. D’une part, pour mettre en valeur ce mouvement, il fallait que le modèle soit grand. D’autre part, notre clientèle cherchait quelque chose de puissant, d’un peu show-off. D’où ce diamètre de 47mm. Le succès a été au rendez-vous mais avec un tel diamètre, vendre en Asie était très difficile. » Dans cette nouvelle version « plus consensuelle », les six aiguilles rétrogrades des secondes assurent toujours le show. Un ballet d’aiguilles spectaculaire que même les poignets les plus fins peuvent désormais s’offrir. Mais attention : l’objet est proposé à seulement 201 exemplaires !

 

Pierre DeRoche Royal Retro

Royal Retro © Pierre DeRoche