En économie, on appellerait cela le break even : ce point auquel le nombre de personnes familières de Reuge est – enfin ! – supérieur à ceux qui l’ignorent. Il faut dire que la paisible Reuge, dernière grande manufacture artisanale de boîtes à musique de luxe, a tout pour elle : une exceptionnelle qualité de fabrication, un savoir-faire unique, des collaborations de renom (Ferrari, Vertu, MB&F, etc.) et des clients dans les plus hautes sphères de ce monde. Au final, Reuge se destine à ceux pour qui l’horlogerie n’a plus de secrets et qui recherchent un nouvel univers d’expression tout aussi prestigieux.

Sœurs retrouvées
Aujourd’hui, Reuge vient de franchir un nouveau tournant : une collaboration inédite avec une manufacture... encore plus ancienne qu’elle, L’Epée 1839 !
De prime abord, l’association entre le fabricant de boîtes à musique et celui de pendule de table est riche de sens, celui des métiers d’arts, de la marqueterie, du mobilier de prestige.

En réalité, cette association est bien plus profonde. Elle rappelle que les deux maisons ont par le passé été associées. L'Epée a été fondée en 1839 en tant que fabricant d'horloges et boîtes à musique. Or, durant la Première Guerre mondiale, quand L'Epée a décidé de se concentrer sur son activité horlogère, Reuge a acheté l'inventaire et les outils de fabrication des boîtes à musique à L'Epée. Aujourd'hui, quelques 100 ans plus tard, ce sont donc deux maisons parentes qui se retrouvent et ouvrent simultanément une nouvelle page de leur histoire.

1+1 = 1
Au-delà de l’idée, les deux maisons ont longuement travaillé à une création commune. « Je suis très heureux que cette association semble aujourd’hui si évidente, mais comme toute création qui s’impose d’elle-même, elle a en réalité demandé beaucoup de travail », rappelle Kurt Kupper, CEO de la maison Reuge. « Nous avions évoqué ce projet depuis deux ans avec Arnaud (Nicolas, CEO de L’Epée 1839, NDLR) et sa concrétisation a mis nos départements R&D à rude épreuve ! ».

 

Reuge Duet L'Epée

La Duet, co-création entre Reuge et L’Epée 1839. © Reuge

 

La création commune se nomme, là aussi comme par évidence, la Duet. C’est une horloge avec une réserve de marche de 40 jours ainsi qu'une boîte à musique « très moderne, de couleur métallisée et tout en transparence », tient à souligner Kurt Kupper, comme pour mieux indiquer que cette création n’est pas seulement un hommage historique mais aussi une projection vers l’avenir.

Techniquement, Reuge a utilisé un procédé totalement inédit lui permettant de multiplier les mélodies proposées. La Duet ne propose plus seulement trois mélodies, comme c’est traditionnellement le cas, mais 12, offertes selon deux répertoires, Classic et Soul. Le temps de musique a également été revu, passant de quelques dizaines de secondes à seulement cinq à six secondes afin de marquer l’heure.
Concrètement, le cylindre sur lequel sont jouées les notes et qui fait habituellement une révolution complète ne tourne plus que quart par quart. Principaux avantages : davantage de mélodies, plus courtes, et le maintien d’un cylindre unique, préservant ainsi l’esthétique minimale de la Duet.

 

Reuge Kurt Kupper

Kurt Kupper, CEO de la maison Reuge. © Reuge


Du pas de deux à la chorégraphie complète
La pièce ne sera pas limitée, ni en nombre, ni dans le temps. Les premiers exemplaires seront livrés à la rentrée. Ils seront distribués alternativement soit dans le réseau Reuge, soit dans celui de L’Epée.
Dans l’immédiat, le bouillonnant et visionnaire Kurt Kupper ne cache pas que la Duet a ouvert de nouvelles perspectives. « Arnaud et moi réfléchissons à de nouveaux projets », admet le CEO. « La technologie mécanique que nous avons développée pour la Duet sera également utilisée pour d’autres créations ». Lorsque l’on s’enquiert de savoir lesquelles, l’homme esquive d’un sourire : « Vous le saurez prochainement. Il faut que je vous laisse, j’ai rendez-vous avec Max (Büsser, NDLR) ». Plus rien n’arrête Reuge...