La première MusicMachine conçue par MB&F et fabriquée par Reuge a été lancée en 2013. Les partenaires ont à nouveau réuni leurs forces en 2014, pour créer MusicMachine 2. La trilogie est complétée aujourd'hui avec MusicMachine 3.

En 2015, MB&F célèbre son 10e anniversaire avec pour leitmotiv « Un adulte créatif est un enfant qui a survécu ». Inspirée par un chasseur TIE de la Guerre des Etoiles, MusicMachine 3 prouve que l’enfance et la Force ont profondément marqué l’esprit du fondateur de MB&F, Maximilian Büsser – qui avait 10 ans quand il a découvert La Guerre des étoiles en 1977.

Reuge  MB&F

Un look galactique inspiré par les chasseurs TIE de la Guerre des Etoiles, © Reuge

Malgré son look futuriste, MusicMachine 3 comprend tous les éléments traditionnels d’une boîte à musique mécanique haut de gamme.
La musique est produite par deux mouvements indépendants, montés à l’arrière des deux sections. Chacun a sa clé de remontage, son barillet, son cylindre horizontal à picots et son clavier à lames accordées à la main, note par note. Les cylindres jouent chacun trois mélodies. Le droit joue les thèmes de La Guerre des Etoiles (1977), Mission impossible (1960) et James Bond (1962), le gauche ceux du Parrain (1972) par Nino Rota, de Furyo (1983) par Ryuichi Sakamoto et d’Amicalement vôtre (1971) par John Barry.

Reuge   MB&F

MusicMachine 3, finition blanche. © Reuge

Pour que MusicMachine3 soit symétrique, Reuge a rompu avec les règles conventionnelles des boîtes à musique et construit deux mouvements en miroir l’un de l’autre. Il a fallu inverser complètement l’architecture du mouvement et la forme des composants de sorte que l’un des cylindres tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, l’autre en sens opposé.
Les deux mouvements de la boîte à musique sont fixés sur des platines décorées de Côtes de Genève qui s’étalent des propulseurs à l’arrière aux cylindres à l’avant.

Montés à plat à côté des cylindres, les claviers forment avec eux deux duos singuliers dotés d’une sélection spécifique de 72 notes chacun. Ils sont accordés à la main et façonnés dans un alliage d’acier unique, sélectionné pour sa qualité acoustique.

Les cylindres brillants, finis à la main, forment une paire imposante de réacteurs. Pour l’essentiel, les cylindres représentent les « partitions » des mélodies : pas moins de 1’400 picots placés avec précision font vibrer les lames du clavier au fur et à mesure que le cylindre tourne.

Tels des propulseurs, les cônes tronqués placés à l’arrière, de part et d’autre, sont en réalité des clés de remontage alignées sur l’axe des barillets et cylindres. Elles pivotent au fur et à mesure que les barillets se déchargent et que les cylindres font leurs rotations.

Au centre de la platine, on découvre deux panneaux circulaires verticaux. Ce sont des régulateurs de vitesse pour les cylindres. Lorsqu’ils sont complètement remontés, les ressorts de barillet produisent plus de couple et les cylindres tendent à tourner plus vite. En compensation, les régulateurs à air circulaires augmentent la résistance en agissant de manière exponentielle : leur vitesse de rotation s’accélère pour que celle des cylindres demeure plus constante. On trouve un système similaire dans nombre de montres à répétition minutes.

Reuge  MB&F

© Reuge

Musicalement, MusicMachine 3 est aussi avant-gardiste. La plupart des boîtes à musique amplifient le son à travers une caisse en bois, comme le font les guitares et les violons. MusicMachine3 transmet les vibrations musicales des claviers à la caisse de résonance en passant par les ailes verticales latérales. L’amplificateur en bois d’épicéa de résonance, vieux de 350 ans et issu de la forêt suisse du Risoux, a été développé par Jeanmichel Capt de JMC Lutherie, dans la Vallée de Joux, au coeur du pays horloger suisse.

MusicMachine 3 est une édition limitée à 99 exemplaires : 33 exemplaires avec finition blanche, 33 avec finition noire et 33 avec surface chromée.

Reuge  MB&F

MusicMachine 3, surface chromée. © Reuge