L’actualité des montres Richard Mille est à double détente. Exposant au SIHH, la marque profite également de l’ouverture de Baselworld pour annoncer quelques modèles supplémentaires. 2014 n’a pas fait exception à la règle, et deux montres ont été ainsi portées à la connaissance du public… mais très discrètement. Or ces deux modèles possèdent des caractéristiques qui méritent que l’on y revienne en détail.


Impact
La première se nomme RM 38-01. A voir sa livrée verte et blanche, on devine que ce modèle est en rapport avec Bubba Watson. Le blanc est la couleur dédiée aux différents modèles réalisés pour le golfeur, qu’il porte sur les parcours et en compétition. Le gaucher autodidacte a droit à une nouvelle complication. En effet, son calibre a un lien de parenté avec celui de la RM 036. Leur complication est absolument unique dans sa version mécanique. Elle mesure l’accélération que subit la montre. Située à midi, dans le mouvement, une masse se déplace et avec elle une aiguille pointant sur une échelle graduée de 0 à 20 G. L’indicateur est plus petit, plus discret que sur la RM 036, et son échelle est désormais jaune et rouge. Par ailleurs, tout le mouvement a été revu et allégé. La platine possède une forme nouvelle. Elle n’est plus réalisée en plaques de carbone, mais en titane et squelettée. Le tourbillon est suspendu entre des ponts fins, mais absorbeurs de chocs conformément à la vocation des montres Bubba Watson. Le sélecteur de fonction, présent sur la RM 036, a disparu et la couronne doit désormais assumer les fonctions de remontage et de mise à l’heure. La remise à zéro du capteur de G se fait toujours par un poussoir séparé, à 9 heures.

 

Richard-Mille-RM38-01

La RM 38-01 Tourbillon Capteur de G Bubba Watson, de face... © Richard Mille


Palette
Le vert de la lunette n’est pas un revêtement. En effet, il est réalisé en céramique TZP-G comme le fond du boîtier, et teinté dans la masse. La couleur possède un double sens. C’est celle que ce Bubba Watson préfère. Et en prime, il vient de remporter son second Masters en avril dernier, sur le légendaire parcours d’Augusta. A cette occasion, il a enfilé la traditionnelle veste verte qui désigne le vainqueur. Quoique mal coupée et aux couleurs du sponsor de la compétition (une marque dont le logo est une couronne…), les joueurs de la planète entière courent après, à tel point que Richard Mille a décidé d’y faire un clin d’œil appuyé, inaugurant ainsi une nouvelle couleur dans sa palette.

 

Richard-Mille-RM38-01-dos

... et de dos. © Richard Mille


Enrichissement
Le second modèle se nomme RM 11-02. De prime abord, il ressemble aux autres RM 011, une des familles les plus anciennes de montres Richard Mille. Elles ont subi nombre d’évolutions depuis la première sortie il y a sept ans. Il s’agit de l’un des chronographes les plus compliqués qui existent, et qui durent. En effet, il possède une fonction retour en vol et un compte à rebours, lisible à 9 heures. En prime, sa grande date fait partie d’un calendrier annuel, fonction dont Richard Mille a discrètement été un pionnier. Le mois se lit entre 4 et 5 heures. La nouveauté de la RM 11-02 est l’ajout d’une fonction UTC (Coordinated Universal Time).

 

Richard-Mille-RM11-02

Le Chronographe Flyback Second Fuseau Horaire, de face... © Richard Mille


Jeu de couleurs
Ce second fuseau horaire se traduit par l’adjonction d’une longue aiguille au centre. Corps jaune, tête verte entourée de rouge, elle arrive à émerger de la masse d’informations présente sur le cadran. Elle pointe sur une échelle 24 heures en chiffres arabes. Seules les heures impaires sont présentes, qui s’intercalent entre les grands chiffres blancs de l’heure principale. Elle est commandée par un poussoir à 9 heures, indépendant de la couronne. L’ensemble de ces modifications a entrainé un changement de nom du calibre : il porte désormais la référence RMAC2. La RM 11-02 ne fera pas l’objet d’une série limitée en quantité. A l’inverse, la RM 38-01 sera éditée à un total de 50 exemplaires.
 

Richard-Mille-RM11-02_BACK

... et de dos. © Richard Mille