La RM 36-01, dotée d'un capteur de G mobile est un outil indispensable pour le pilotage; elle succède à la RM 036 présentée en 2013, équipée d'un capteur de G mécanique.

Ce nouveau mouvement à tourbillon est doté d’un indicateur de réserve de marche (70 heures) à 2 heures, d’un sélecteur de fonctions à 4 heures et d’un capteur de G placé au centre du verre saphir. Le boîtier de 47,7 mm, constitué d’une carrure en nanotubes de carbone et d’une lunette fixe, en titane comme le fond, possède un dessin atypique synonyme de haute visibilité grâce au fort contraste avec les composants du mouvement en titane grade 5 traité PVD noir.

 

Richard-Mille_RM-36-01-Sebastien-Loeb

Tourbillon RM 36-01 Capteur de G Compétition Sébastien Loeb. © Richard Mille

 

Pour bien comprendre tout l’intérêt de cette création, le mieux est d’examiner la lunette tournante en céramique brune. Une simple rotation de la lunette permet de régler le capteur sur la nature des G à enregistrer, autorisant la visualisation par les pilotes du nombre de G accumulés lors des différentes phases de pilotage, comme l’accélération, la décélération et des forces latérales engendrées dans les virages. Directement relié à la lunette et au verre saphir, le capteur peut indiquer des forces allant jusqu’à 6 G. L’échelle indique via une aiguille si les G subis sont faibles (zone verte) ou s’ils atteignent un seuil critique (zone rouge). La remise à zéro s’effectue très rapidement grâce au bouton poussoir au centre du verre saphir. Cette architecture a nécessité un complexe processus d’assemblage et d’ajustement pendant la réalisation du mouvement au moyen des composants fixes montés sur la platine et d’autres composants mobiles reliés à la lunette et au verre saphir, formant une partie tournante sans entraver la précision de marche.

Ce modèle, créé en édition limitée de 30 exemplaires, sera porté par Sébastien Loeb à l’occasion des compétitions WTCC et les autres événements sportifs auxquels il participera.

 

Richard-Mille_RM-36-01-Sebastien-Loeb

Le dos de la montre. © Richard Mille