La présentation il y a trois ans du tourbillon Chronographe à rattrapante RM 056 Saphir a marqué un véritable tournant dans les accomplissements techniques horlogers : jamais un boîtier au dessin aussi complexe n’avait jusqu’alors été usiné en saphir pour y loger un calibre. Cette pièce a conduit ensuite à la création de la RM 56-01 qui repoussait encore les limites en intégrant d’autres composants en saphir comme la platine, les ponts de centre et la roue de petite moyenne. Aujourd’hui, l’une des plus belles prouesses horlogères en matière de transparence sera présentée en exclusivité au salon Watches & Wonders de Hong Kong : le Tourbillon RM 56-02 Saphir.

Dans le même esprit que la RM 27-01 Rafael Nadal, la platine de la RM 56-02, fabriquée en titane grade 5, est entièrement suspendue au coeur du boîtier en saphir par un câble unique et tressé, de 0,35 mm d’épaisseur, spécialement conçu pour ce modèle. Ce dernier est maintenu par un système de 4 poulies fixées aux extrémités du mouvement, complété de 6 autres sur le pourtour du mouvement. La tension du câble est contrôlée par un rochet miniature à 9 heures. L’ensemble du câble est relié à un indicateur indépendant situé sous l’index à 12 heures, permettant de procéder très facilement à un contrôle visuel de sa tension pour s’assurer qu’elle respecte toujours les normes prévues.

 

Richard-Mille-Tourbillon_RM_56-02_Saphir

Tourbillon RM 56-02 _Saphir © Richard Mille


Les ingénieurs de Richard Mille ont pu augmenter le nombre de composants en saphir par l’ajout d’un pont de barillet, de centre et d’un pont de tourbillon redessinés pour l’occasion.

Sa transparence résulte de la pureté des cristaux d’oxyde d’aluminium (Al2O3). La dureté de 1 800 Vickers (9 Mohs) écarte pratiquement tout risque de rayure hormis par le diamant. Réalisé à partir de blocs de saphir taillés dans la masse, le boîtier de la RM 56-02 a été usiné à Lyss en Suisse par la Maison Stettler. Un seul boîtier nécessite 40 jours d’usinage sans interruption suivis de 400 heures indispensables aux finitions des différents ponts du mouvement.

Le boîtier de la RM 56-02, traité antireflet des deux côtés de la lunette et du fond, est étanche jusqu’à 30 mètres grâce à deux joints toriques transparents en nitril et assemblés avec 24 vis spline en titane grade 5. Le bracelet en Aerospace Nano®, matériau développé en exclusivité pour Richard Mille par Biwi SA, offre un toucher soyeux et presque organique.

La RM 56-02 fait l’objet d’une série très limitée de 10 pièces distribuées dans le monde entier.

 

Richard-Mille-Tourbillon_RM_56-02_Saphir-back

L'envers de la montre. © Richard Mille